Les fêtes du Bronx organisées par le Comité Catalyseur du Bronx
Actualités Communautaire Gens d'ici Histoire LaSalle Le Bronx

Comité Catalyseur du Bronx ? Petite histoire d’une grande mobilisation

Si vous avez participé au pique-nique en octobre 2019 sur Centrale, à la grande rencontre citoyenne du Bronx au Centre Henri-Lemieux ou à la fête hivernale au parc des Rapides en février 2020, vous avez déjà vu le Comité Catalyseur du Bronx en action. 

Que vous suiviez la page Facebook Bronx – quartier des Rapides, receviez le Bulletin du Bronx (que je réalise pour le Comité depuis mars 2020) ou lisiez nos articles sur ses activités, vous avez sans doute remarqué que ce groupe de citoyens et de commerçants a de l’énergie à revendre. 

Un comité de 7 citoyens et commerçants… dans l’action pour le Bronx !

Objectif annoncé de ces sept citoyens et commerçants ?

Pas de diriger leurs voisins dans une direction plutôt qu’une autre, mais seulement de catalyser des initiatives citoyennes dans l’un des plus vieux quartier de LaSalle : le Bronx. C’est en tout cas ce que je n’ai cessé de constater depuis que mon chemin a croisé le leur en février 2020.

Plus inscrit dans l’action que dans la minutie organisationnelle, le Comité Catalyseur du Bronx est à l’origine de nombreuses initiatives depuis près de deux ans dans le quartier des Rapides. “L’essence de notre démarche a toujours été de travailler pour et jamais contre quelque chose,” explique Sabrina Cardin Ouellette, l’une des membres de la première heure. Si la pandémie a mis en pause plusieurs projets du Comité, elle n’a certainement pas mis fin à sa volonté de faire bouger les choses et de rêver le Bronx.

Comité Catalyseur du Bronx

Ne cherchez pas le Comité Catalyseur du Bronx dans la liste officielle des organismes communautaires reconnus par l’arrondissement de LaSalle. Il n’y figure tout simplement pas. N’étant pas constitués à ce jour en organisme à but non lucratif, les Catalyseurs ne remplissent pas le premier critère pour obtenir cette reconnaissance. Pas officiellement reconnus, les Catalyseurs du Bronx ont pourtant mené des actions connues et appréciées par les résidents, les fonctionnaires et les élus de LaSalle. 

En se déclarant catalyseur avant tout, ce comité aujourd’hui constitué de 7 personnes (8 si on me compte) a décidé de s’affranchir des lourdeurs administratives habituelles. Son but n’est pas de porter des initiatives, mais de les faire naître et de les voir se développer de façon organique au fil de l’implication citoyenne que chacune peut susciter.

Rêver le quartier des Rapides pour voir renaître son bouillonnement d’autrefois

C’est en 2018 que Johanne Richards, nouvellement arrivée dans le Bronx où elle vient d’ouvrir le Café Grind, commence à parler avec ses clients de ce qu’il manque au quartier. Autour d’un café, les échanges se multiplient avec deux clientes en particulier, Sabrina Cardin Ouellette et Julie Jackson. Ensemble, elles décident d’aller frapper aux portes des commerçants de la rue Centrale pour trouver d’autres allié(e)s. 

Tout de suite séduit par cette belle idée de faire revivre le quartier où il a grandi et travaillé toute sa vie, Benoît Auger embarque sans se faire prier. “Quand Johanne est venue me parler, cela m’a rappelé ce que le quartier avait été” se souvient le patron du salon Rayko Coiffure sur Centrale. « J’ai connu le Bronx comme j’aimerais le revoir et c’est ce même désir que je vois dans les yeux des autres membres du Comité Catalyseur et des résidents impliqués”. 

3 rencontres citoyennes à LaSalle pour établir les bases

Ce porte à porte sur Centrale débouche sur une première rencontre de citoyens et de commerçants dans le gymnase de l’école du Grand-Héron en 2018. Invité à cette rencontre alors qu’il est en pleins préparatifs pour l’installation de Destination Travail dans ses nouveaux locaux de Centrale, son directeur, Philippe Tisseur se joint aussi au groupe. Selon lui, “la mobilisation des acteurs du milieu, citoyens et commerçants est essentielle pour soutenir le développement local commercial et économique“. Son implication se fait donc naturellement.

“L’urbanisme et le communautaire me tiennent à cœur, et il y a du progrès à faire” explique aujourd’hui Nicole Goulet du commerce Cuisine Mélabois sur Centrale, également membre du Comité. Sa fille, Mariève Deschamps, enfant du Bronx et alors gestionnaire des ressources humaines au Cirque du Soleil, ainsi qu’Hugo Lavictoire, le patron de KSF, lèvent aussi la main et s’engagent dans l’aventure.

Au Grand-Héron, des échanges fructueux ont lieu et des idées sont lancées. Deux autres rencontres de quartier suivent. La volonté de définir un positionnement et une mission pour cette initiative citoyenne prend alors forme. Le groupe de citoyens et de commerçants mobilisés s’entend ainsi sur quatre axes principaux : le communautaire, le commercial, l’environnement et la culture. Ils définissent aussi les valeurs qui porteront leur mobilisation. Communauté, collectivité, écologie, beauté, positivisme et vie de quartier, entre autres, seront les mots qui guideront leur action. Une action qui va s’inspirer de la devise définie par les participants des rencontres : “Des riverains engagés pour propulser la beauté du fleuve aux ruelles.”

3 événements pour rallier les gens du Bronx

Une fois ces bases solides établies, un premier projet concret voit le jour : une grande fête de quartier à l’automne 2019. De nombreux bénévoles, citoyens et commerçants, se mobilisent et cette belle journée d’octobre sur Centrale est un franc succès avec plus de 1000 personnes accueillies. 

Étapes suivantes ?

Une grande rencontre citoyenne le 1er février pour rallier encore plus de résidents et une fête hivernale au début de la relâche 2020 pour les inciter à se retrouver tous ensemble au parc des Rapides. 

Par un froid matin ensoleillé d’hiver, environ 80 personnes se réunissent au Centre Henri-Lemieux sur Édouard. C’est ma première rencontre avec les autres membres du Comité Catalyseur du Bronx. Après la présentation du but de ce rassemblement et des actions passées des Catalyseurs, tous les participants sont invités à rejoindre différentes tables de discussions pour échanger rêves et idées autour des quatre axes directeurs. 

Plusieurs suggestions sont faites ce jour-là, le 1er février, incluant la réalisation d’une murale dans le quartier, un projet d’envergure sur le site de l’ancienne école Allion mais aussi la tenue de 5 à 7 mensuels comme lieux d’échanges pour les gens du quartier.

C’est au premier 5 à 7 du Bronx, le 10 mars 2020, que je suggère à la vingtaine de personnes présentes de lancer le Bulletin du Bronx. Cette infolettre mensuelle pourra devenir un complément de la page Facebook pour tenir tout le monde informé. Ses bases sont jetées à l’issue d’une autre rencontre avec des Catalyseurs le lendemain, deux jours avant l’annonce de la fermeture des écoles à cause de la COVID-19.

Toujours dans l’action, malgré la pandémie

Bryan Beyung – Crédit Photo : KJ

Malgré la pandémie et ses impacts négatifs pour certains de ses membres, le Comité Catalyseur du Bronx poursuit son action au printemps 2020. Ses membres participent aux consultations pour la grande murale de Centrale et organisent une grande rencontre citoyenne virtuelle le 28 mai 2020. Ils veulent présenter l’artiste retenu par l’arrondissement, Bryan Beyung, et recueillir les idées des citoyens. Pendant l’été, les Catalyseurs s’impliquent auprès de l’artiste et participent à l’inauguration officielle de son œuvre, le 12 septembre. Ils lui offrent alors, au nom des résidents du Bronx, la reproduction sur toile de sa murale, un souvenir du quartier.

C’est aussi au fil des rencontres de travail du Comité Catalyseur du Bronx que l’idée de lancer Nouvelles d’Ici prend forme après des discussions avec Mariève Deschamps. Votre média 100% local et à but non lucratif est ainsi l’un des projets catalysés (mais indépendants !) du Comité. Tout comme le Comité Allions-Nous et le Comité Événement derrière les fêtes passées (et futures !) dans le Bronx.

Le Comité Catalyseur du Bronx est là pour créer les conditions propices à la mobilisation autour d’actions pour les citoyens et par les citoyens. « En rejoignant le Comité Catalyseur j’avais envie de faire bouger les choses, de m’entourer de gens dynamique et qui ont à cœur le développement du quartier » se souvient Hugo Lavictoire. Mission accomplie !

Aujourd’hui, plusieurs initiatives sont en marche et une nouvelle dynamique semble vouloir s’installer dans le quartier des Rapides à LaSalle. Le coronavirus n’est donc pas le seul à être contagieux. La passion et l’envie d’agir le sont aussi, et elles, même à travers les masques ou à deux mètres de distance. 

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 55 764 lecteurs en 9 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine y a fondé sa famille et son centre de formation en ligne pour les professionnels du digital dans les universités. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été la rédactrice en chef de la section "Cities & Towns" d'une grande dot com américaine à New York. Juste avant la pandémie, elle a proposé au comité Catalyseur du Bronx de créer le Bulletin du Bronx -- ce qui lui a donné l'envie de lancer Nouvelles d'Ici.