Cour de l'ex-école Allion
Actualités Affaires d'ici Le Bronx Urbanisme

Le Bronx se mobilise autour de l’avenir de l’ex-école Allion

Si le passage en zone rouge à Montréal a entraîné de nombreux désagréments, il n’a eu aucun impact négatif sur la mobilisation citoyenne lors du dernier 6@8 virtuel du Comité Catalyseur du Bronx.

Participation citoyenne malgré les restrictions sanitaires

Plus de quarante résidentes et résidents du quartier des Rapides s’étaient inscrits pour discuter de l’avenir de l’ex-école Allion. Et, c’est une trentaine qui a finalement pu participer à la réunion virtuelle sur Zoom le 6 octobre. Des aînés partageant leurs souvenirs d’école aux jeunes adultes en passant par des parents d’enfants en bas âge ou d’adolescents, cette rencontre autour de l’ex-école Allion a rassemblé des représentants de chaque génération de la communauté.

Cette diversité de parcours et de points de vue explique sans aucun doute la grande richesse des échanges de la rencontre sur l’histoire, le présent et l’avenir de l’ex-école Allion. Un avenir qui interpelle beaucoup et inquiète certains aujourd’hui. Désaffectée depuis le déménagement d’Allion Elementary School, en 2007, dans ses locaux de la 9e, l’école construite dans les années 1930 et 1940 est devenue la cible des élans artistiques incontrôlés de graffitistes et autres tagueurs.

La mobilisation citoyenne veut essayer de proposer une alternative au vide laissé dans ce quadrilatère au coeur du développement historique du Bronx, berceau de LaSalle. Elle aspire à ce qu’un projet d’envergure voit le jour dans l’école Allion.

Des échanges courtois sur le passé de l’ex-école Allion

Après une brève présentation visuelle de l’histoire de l’école Allion conçue par l’architecte montréalais Napoléon Beauchamp, des aînées du quartier comme Denise Brault et Francine Gosselin ont partagé leurs souvenirs d’écolières à Allion.

Des échanges sur le projet des Résidences du Vieux Moulin ont suivi. Ce projet de 93 logements pour les aînés avait vu le jour en 2008. Mais, une mobilisation et une consultation citoyennes avaient fini par le conduire dans une impasse en 2011. Des porteurs et des opposants à ce projet étaient présents lors de la rencontre virtuelle du 6 octobre. Mais, la courtoisie et l’écoute mutuelle ont permis à tous de regarder vers l’avant tout en retenant les leçons du passé. 

La discussion, animée avec brio par la membre du Comité Catalyseur, Sabrina Cardin Ouellette, a pu ensuite se concentrer sur les propositions, suggestions et rêves des citoyens et citoyennes pour l’ex-école Allion. Johanne Richards, membre du Comité Catalyseur et propriétaire du Café Grind, a invité les participants à considérer Allion comme un page blanche. “Si […] on avait le droit de faire ce qu’on voulait avec Allion, vous feriez quoi vous avec ça ?” a-t-elle lancé.

Des idées variées pour l’avenir d’Allion

C’est un véritable kaléidoscope d’idées et de possibilités qui a suivi. Les participants et participantes ont partagé de nombreuses suggestions gravitant toutes autour d’un thème central : la nécessité d’un projet multi-usage et multi-générationnel. Ce nouveau projet pourrait ainsi bénéficier à l’ensemble de la population plutôt qu’à un seul groupe.

Parmi toutes ces suggestions figuraient les suivantes :

  • un musée ou une exposition sur l’histoire du quartier,
  • un centre d’information sur le fleuve, les rapides et l’environnement,
  • une garderie,
  • des locaux supplémentaires pour les activités en journée du Centre du Vieux Moulin,
  • un carrefour communautaire pour aînés,
  • un espace de répit pour les proches-aidants, 
  • un atelier communautaire de menuiserie,
  • des jardins communautaires dans la cour,
  • un café graffiti pour encadrer les jeunes dans une pratique respectueuse de leur art,
  • un skatepark intérieur pour permettre la pratique en hiver.

Rencontre virtuelle du Comité Allions-Nous le 3 novembre

Pour passer du rêve à la réalité, les citoyens et citoyennes ont décidé de créer le Comité Allions-Nous. Ce comité de travail doit permettre de mobiliser les personnes souhaitant s’investir dans l’étude de ce projet communautaire. Il sera animé par Johanne Richards du Comité Catalyseur du Bronx. 

Depuis la rencontre du 3 novembre, le comité communautaire “Allions-Nous” travaille à faire avancer ces dossiers.

Avatar
Karine Joly
Résidente dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine y a fondé sa famille et son centre de formation en ligne pour les professionnels du digital dans les universités. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été la rédactrice en chef de la section "Cities & Towns" d'une grande dot com américaine à New York. Juste avant la pandémie, elle a proposé au comité Catalyseur du Bronx de créer le Bulletin du Bronx -- ce qui lui a donné l'envie de lancer Nouvelles d'Ici.