Chaton dans l'herbe
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Chez nous Environnement Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Social Verdun

Que faire face à l’augmentation des chats de ruelle à Verdun, LaSalle et Lachine ?

Conséquence inattendue de la crise du logement, la population des chats errants a tendance à augmenter de nouveau dans les arrondissements de LaSalle, Lachine et Verdun, comme ailleurs à Montréal.

« Tous les étés, il y a toujours des augmentations », confirme la conseillère principale des relations médias de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal, Anita Kapuscinska.

Au plus fort de la pandémie, il était plus difficile d’adopter des chats ou des chiens. D’aucuns se sont rabattus sur les petits animaux de compagnie (lapin, rat, tortue etc.) Mais, nous revenons à la normale. Mme Kapuscinska affirme que « le niveau d’abandon des chats et des chiens est revenu au niveau prépandémique. Il commence à y en avoir plus. »

Dans ces colonies de chats, il y a des chats féraux. Après avoir été abandonnés, ces animaux sont revenus à la vie sauvage. La natalité galopante des félins ne fait qu’aggraver la situation. « C’est connu : les chats se reproduisent à la vitesse grand V. Une chatte peut mettre au monde quatre chatons trois fois par année », rappelle la SPCA sur son site.

LA solution face à la multiplication des chats dans votre quartier ?

La SPCA propose le programme Capture-stérilisation-retour-maintien (CSRM). Cette méthode vise à réduire la surpopulation des chats de rue. Après la capture et la stérilisation, ces chats « sont ensuite réintégrés dans leur milieu où leur nombre diminue graduellement grâce à l’interruption du cycle de reproduction. » Si vous arrivez à attraper des chats de rue, il est possible de les apporter à la SPCA sur Jean Talon Ouest après avoir vérifié que personne dans votre voisinage ne les réclame. 

À LaSalle, la patrouille animale ne peut intervenir que dans 3 cas de figure : un animal blessé, un animal mort ou un chat errant que vous aurez réussi à attraper sur le territoire de l’arrondissement.

À Verdun, l’organisme de bienfaisance Refuge Animex encourage l’adoption et intervient dans le milieu urbain pour « secourir les animaux abandonnés, errants, ou ayant souffert de négligence. Donner une seconde chance à ces êtres vulnérables et sensibles est une de nos missions premières.» 

Le Café Chato sur Verdun à Verdun, un café où l'on peut adopter des chats
Le Café Chato sur Verdun à Verdun, un café où l’on peut adopter des chats
Crédit photo : CANVA & Emma Calange

Le Refuge a comme partenaire le Café Chato qui, en plus de servir à boire et à manger, offre la particularité d’abriter des chats en son sein. Ainsi, cet établissement participe au sauvetage de ces petits félins pour l’autre en les faisant adopter.

Ces problèmes d’abandon sont à prendre au sérieux au Québec où 52% des foyers possèdent un animal de compagnie selon l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

En 2021, la SPCA avançait qu’il y aurait entre 100 000 et 200 000 chats errants sur l’Île de Montréal

Karine Joly a aussi collaboré à cet article.
La photo en haut de cet article est une photo de CANVA.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Davide Buscemi, Initiative de journalisme local
Davide a couvert les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l'Initiative de journalisme local de juillet à septembre 2022, à son départ. Il est venu à Montréal il y a quelques années pour étudier le journalisme et a choisi d'y immigrer. Diplômé de l'Université de Montréal, Davide a signé des articles pour le journal local Info Petite Nation du groupe Inmedia, l'AFP, Quartier Libre, Night Life et Électricité Plus. Passionné des mots et curieux du monde qui l’entoure, il n'a pas fait le choix du journalisme par hasard.