Cumulus à Lachine, un organisme de prévention des toxicomanies
Actualités Communautaire Éducation Lachine LaSalle Social Verdun

Cumulus, un organisme de prévention à pied d’oeuvre dans les écoles d’ici

À Lachine, avant la création de l’organisme Cumulus en 1995, les policiers étaient chargés de faire passer le message sur la consommation de substances aux jeunes.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tenait un discours plus dissuasif et répressif, moins axé sur la prévention, selon la coordonnatrice de Cumulus, Marie-Ève Duquette. Ne consommez pas car c’est illégal : c’était le message.

Pendant un quart de siècle, l’organisme à but non lucratif en prévention des toxicomanies est resté une petite structure et a attendu longtemps avant de pouvoir grandir et se renforcer. Au provincial, plusieurs partis se sont succédé. Au fédéral, il a même été question pendant l’ère Harper, selon Mme Duquette, de retirer du marché le livre Savoir plus, risquer moins dont se sert Cumulus. Mais, tout a changé en 2021. 

Un tournant en 2021 avec un financement public d’un million de dollars

Grâce à une aide conséquente de la Santé publique, l’OBNL s’est agrandi. Cette enveloppe d’un peu plus d’un million de dollars était destinée à tout le territoire montréalais. C’est Cumulus, avec son collectif composé de 6 organismes (Cumulus, Pact de rue, Plein Milieu, Projet TRIP, Rap jeunesse et Dopamine), qui a reçu la part du lion. Il s’agit d’un financement récurrent. Cumulus est en train d’entamer l’an deux du projet. 

Désormais, l’OBNL peut intervenir auprès d’un public de 11-22 ans dans tous les établissements scolaires avec son équipe d’intervenants élargie. Plusieurs jours par semaine, Cumulus est notamment présente à l’école secondaire Dalbé-Viau et au Collège Sainte-Anne à Lachine, à l’école secondaire Cavelier-De LaSalle à LaSalle ainsi qu’à l’école secondaire Monseigneur-Richard à Verdun. Tout comme à Eulalie-Durocher à côté du parc Maisonneuve et Sophie-Barat située à Ahuntsic-Cartierville. Ils vont même à Sainte-Anne-de-Bellevue ! « On couvre les trois commissions scolaires de l’Île de Montréal. On travaille dans approximativement 34 écoles secondaires. Le primaire, c’est même un peu plus que ça », indique  Mme Duquette.

Ce sont ainsi 17 des 27 personnes de l’équipe qui ont pu être engagées grâce à ce nouveau financement. Cumulus a aussi changé de local pour s’installer rue Notre-Dame. La devanture porte, d’ailleurs, encore le nom du précédent propriétaire, un opticien.

L’approche Cumulus face à la consommation : holistique, expérentielle et individualisée

Cumulus a évolué depuis sa création. « Aujourd’hui, on est plus capables de concilier prévention précoce et dépistage avec des outils adaptés », se félicite Mme Duquette.

L’OBNL adopte une méthode plus douce qui tient compte d’une multitude de paramètres. L’approche est holistique. Elle tient compte d’un ensemble de facteurs. Individualisée, cette approche n’utilise pas de discours moralisateur ou épeurant. Elle est basée sur l’équation suivante : Effets = substance + individu + contexte. Les effets de la consommation d’une substance dépendent de ces trois paramètres.

La gestion expérientielle est aussi un concept de base dans les interventions de Cumulus auprès des jeunes dans les écoles.

« La gestion expérientielle a pour objectif de permettre aux individus de réfléchir à la meilleure façon de vivre leurs expériences de vie tout en respectant leurs limites personnelles », lit-on sur leur site. Cela prend en compte l’une des raisons principales de la consommation d’un psychotrope : la recherche de plaisir, de sensations.

Les valeurs de l’organisme sont l’empathie, l’ouverture et le respect. Leur approche consiste à faire confiance aux jeunes et à leurs capacités à se prendre en charge. C’est le message qu’ils transmettent aux élèves du primaire et du secondaire partout sur l’Île de Montréal.

La photo en haut de cet article est une composition d’une photo de nuages cumulus et d’un cliché du kiosque de Cumulus devant leurs locaux de la rue Notre-Dame lors du marché des coups de coeur le 27 août dernier.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Davide Buscemi, Initiative de journalisme local
Davide a couvert les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l'Initiative de journalisme local de juillet à septembre 2022, à son départ. Il est venu à Montréal il y a quelques années pour étudier le journalisme et a choisi d'y immigrer. Diplômé de l'Université de Montréal, Davide a signé des articles pour le journal local Info Petite Nation du groupe Inmedia, l'AFP, Quartier Libre, Night Life et Électricité Plus. Passionné des mots et curieux du monde qui l’entoure, il n'a pas fait le choix du journalisme par hasard.