Des idées pour l'électricité
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Chez nous Consommation Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Verdun

Comment mieux se préparer à la prochaine panne prolongée d’Hydro-Québec ?

Pourquoi laisser Facebook décider si les nouvelles d'ici sont importantes pour vous ?Abonnez-vous à notre infolettre gratuite du vendredi pour continuer de vous informer sur l'actualité et les activités de votre quartier à Lachine, LaSalle, Verdun-IDS et dans le Sud-Ouest !

La dernière tempête de verglas à Montréal a causé de nombreux dégâts aux arbres, aux voitures, aux maisons et aux fils électriques. Elle a aussi été à l’origine de plusieurs dégâts d’eau alors que de nombreuses pompes à puisard n’ont pu, faute d’alimentation électrique, remplir leur fonction principale : éviter l’accumulation d’eau en provenance des drains français dans les sous-sols.

Avec le réchauffement climatique, ces évènements pourraient se produire plus fréquemment. Après avoir fait face à 2, 3 et parfois 4 jours sans courant, des résidents d’ici ont testé et échangé des solutions pour éviter le pire.

Une voiture électrique comme génératrice ?

Confronté à la panne, un résident de Verdun a utilisé sa voiture électrique comme source temporaire de courant. Il est possible de brancher certains appareils électriques sur la batterie de la voiture, soit en utilisant un onduleur qui sert à transformer le courant continu de la batterie du véhicule en courant alternatif ou encore de procéder à l’achat d’une borne de recharge bidirectionnelle. Cette option est seulement bonne pour quelques heures, une journée tout au plus si l’on ne recharge pas la voiture à une borne électrique fonctionnelle.

Batteries portables

Il est possible de se servir d’une batterie portable, comme celles qui peuvent être utilisées en camping. Ces dernières fournissent suffisamment d’électricité pour alimenter des appareils électriques et électroniques durant quelques heures, si elles ne sont pas rechargées ailleurs. Certaines peuvent être alimentées par l’énergie solaire.

Plusieurs sortes de génératrices à l’essence

Une autre solution est de disposer d’une génératrice qui fonctionne à l’essence, au propane ou au gaz naturel. Certaines sont fixes, d’autres sont portables.

« Je trouve la solution de la génératrice à essence de 7,2 kW, raccordée à un panneau de génératrice à l’intérieur, comme étant la plus pratique, économique et écologique », affirme Thierry St-Cyr sur Facebook.

Installées de façon permanente à l’extérieur, les génératrices de secours sont câblées directement au système électrique. Ce sont des systèmes autonomes qui se mettent automatiquement en marche lorsqu’une panne de courant est détectée et s’arrêtent dès que le courant revient. Ils utilisent le réservoir de propane d’une maison ou un réservoir séparé.

Moins coûteuses à l’achat que les génératrices de secours, les génératrices portables peuvent être branchées à tout moment, même pendant une panne. Elles fonctionnent en appuyant sur un interrupteur ou elles peuvent fournir du courant au panneau électrique grâce à l’installation d’un commutateur. Ces unités utilisent des bouteilles de propane portables.

Pour ceux qui sont connectés au système de gaz naturel pour le chauffage, par exemple, il est aussi possible d’utiliser des génératrices à gaz naturel qui fonctionnent sans réservoir. L’approvisionnement d’une génératrice à gaz naturel est continu, grâce à son raccordement au réseau gazier d’Énergir.

Relier sa pompe de puisard à une batterie

Plus spécifiquement pour éviter les inondations, surtout en cas de panne d’électricité, il est possible de relier sa pompe de puisard à une batterie de secours comme celles utilisées sur les embarcations nautiques, soit des batteries marines. Toutefois, certaines personnes mentionnent que la charge ne dure que quelques heures.

Nouvelles d’Ici présente dans cet article des solutions discutées par les résidents et résidentes d’ici sans pour autant les cautionner.

La photo en haut de cet article est une photo provenant de CANVA Pro.


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.

Carl Sincennes, Initiative de journalisme local
En tant que journaliste, Carl couvre les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l’Initiative de journalisme local. Il couvre l'actualité du sud-ouest de Montréal depuis 2019. Après avoir fait ses classes dans plusieurs stations régionales de Radio-Canada au pays, il a été journaliste pour le Messager LaSalle (devenu Métro LaSalle, durant son passage) et la radio CKVL, avant de rejoindre Nouvelles d’Ici. Carl a un baccalauréat en journalisme de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Intégrer l’équipe de Nouvelles d’Ici était donc pour lui la suite naturelle des choses.