Collecte des résidus alimentaires à l'école Pierre-Rémy
Actualités Affaires civiques Consommation Éducation Environnement LaSalle Le Bronx Municipal

Le bac brun pour les résidus alimentaires? Après la maison, l’école !

Implantée depuis quelques années dans les foyers d’ici, la collecte des résidus alimentaires doit maintenant s’étendre dans les écoles pour atteindre les cibles en matière de récupération des matières organiques.

Quand Mohammed Lazrak est devenu professeur de 4e année à l’école Pierre-Rémy à LaSalle en 2015, un programme de compostage était en place : les élèves produisaient déjà du compost et M. Lazrak a poursuivi le projet avec sa classe. Mais, tout a pris fin abruptement après l’incendie criminel du composteur extérieur de l’école.

Une école laSalloise à l’avant-garde

C’est la visite d’un représentant de l’Éco-quartier LaSalle, dont l’objectif est la promotion de l’écocivisme et l’amélioration du milieu de vie dans l’arrondissement, qui a fait germer l’idée de démarrer une brigade verte, recueillir les résidus alimentaires et participer à la collecte municipale.

Formée de 14 élèves de 4e année et de M. Lazrak , cette nouvelle brigade verte a entrepris de doter chaque classe de Pierre-Rémy d’un petit bac muni de pochettes protectrices confectionnées pour l’occasion. Un bac brun industriel, beaucoup plus grand que le format résidentiel, permet ensuite d’entreposer le fruit de cette collecte à l’extérieur.

« Trois fois par semaine, les élèves de la brigade verte vont chercher les bacs dans les classes, versent le contenu dans le grand bac extérieur, lavent les contenants et remettent des pochettes protectrices dans les petits bacs », explique M. Lazrak. L’enseignant s’assure que le bac extérieur est prêt pour le ramassage hebdomadaire des résidus compostables.

Interrogé sur la difficulté à implanter ce genre de collecte dans son école, le professeur insiste sur le fait que cela n’a pas été un enjeu. « Il s’agit d’une continuité de ce qui se fait à la maison puisque bien des familles participent déjà aux collectes de résidus alimentaires. »

L’intérêt des élèves se maintient au fil des semaines. Les enfants « persévèrent dans ces tâches-là » car ils sont sensibles aux questions environnementales et veulent sauver la planète. D’autres projets verts sont déjà en préparation pour le printemps 2023 et l’Éco-quartier de LaSalle sera à nouveau sollicité pour aider à les réaliser.

Une priorité municipale

L’école Pierre-Rémy est la première à avoir implanté un programme de collecte des résidus alimentaires dans l’arrondissement de LaSalle. L’idée fait son chemin dans d’autres établissements scolaires selon Anne-Sophie Lemay, coordonnatrice à l’Éco-quartier LaSalle.

Le programme de 4 ans qui a mené au déploiement de la collecte des résidus alimentaires dans les établissements scolaires est issu d’une collaboration entre l’Arrondissement de LaSalle et la Ville de Montréal. Les 2 dernières années du programme ont été spécifiquement dédiées « à déployer la cueillette de résidus alimentaires dans les immeubles de 9 logements et plus, les industries, les commerces et les écoles. » mentionne Mme Lemay.

Mais certaines écoles hésitent encore à emboîter le pas. « Les directions ne veulent pas ajouter à la charge de travail des professeurs et des concierges », souligne Mme Lemay. La crainte que des rongeurs soient attirés par la nourriture entreposée entre les collectes hebdomadaires est également avancée. Mme Lemay se veut pourtant rassurante : une bonne gestion des bacs, à la manière de ce qui se fait à l’école Pierre-Rémy, suffit à éviter ces désagréments.

L’Éco-quartier de LaSalle peut accompagner les établissements qui souhaiteraient implanter la collecte des résidus alimentaires. Un guide d’accompagnement étape par étape a été conçu pour aider les gestionnaires et l’équipe enseignante à tenter l’expérience. Des ateliers en classe sont même proposés afin d’approfondir la connaissance des élèves sur l’importance et l’impact du bac brun.

Conseils pour démarrer la collecte de résidus alimentaires à l’école

Pour Mme Lemay, c’est vraiment primordial de choisir un objectif d’implantation réalisable et des cibles atteignables. Il vaut mieux commencer le projet par un petit nombre de classes avant de l’étendre au reste de l’école.

Pour que les élèves puissent participer aux décisions et se mobiliser tout au long, il faut les inclure dès le début. Enfin, il est important de ne pas hésiter à demander de l’aide et poser des questions. L’Éco-quartier de LaSalle est là pour prodiguer des conseils et offrir du soutien.



La photo en haut de cet article est une composition de 2 clichés de la collecte pris par les élèves de 4e de l’école Pierre-Rémy de LaSalle et d’une photo provenant de CANVA.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Sylvie Cajelait, Initiative de journalisme local
Sylvie Cajelait couvre les affaires civiques et municipales dans le cadre de l’Initiative de journalisme local depuis novembre 2022. Résidente de Lachine, Sylvie écrit depuis plus de 25 ans. Son expérience auprès d’OBNL nationaux, régionaux et locaux lui a permis de développer une grande connaissance des communautés dont elle couvre l’actualité. Maman de 2 enfants, elle adore l’Agenda d’Ici qui lui permet de découvrir des activités pour toute la famille.