Piquet de grève à l'Aquadôme
Actualités Affaires d'ici Entreprises LaSalle Social Travail

Sauveteurs et sauveteuses en grève à la piscine de LaSalle depuis le 1er mars

Complexe Michel Leduc - piscine de LaSalle

Bien que l’accès aux bassins de la piscine soit encore possible sur réservation à LaSalle, la baignade n’est plus surveillée par l’équipe habituelle à l’Aquadôme depuis le 1er mars.

Après avoir voté un mandat de grève en février dernier, le personnel syndiqué a tenu plusieurs piquets de grève à l’extérieur de la piscine laSalloise. Le dernier en date a eu lieu mercredi 10 mars à l’appel du syndicat des travailleurs et travailleuses des centres aquatiques du Québec, affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Un mouvement qui concerne trois autres piscines gérées par l’entreprise privée SODEM : la Piscine Saint-Roch à Montréal, le Complexe sportif de Saint-Laurent et le Complexe aquatique de Varennes.

Le Complexe aquatique Michel-Leduc (Aquadôme) de LaSalle est cependant resté ouvert en dépit de ces moyens de pression.

Une différence de près de $2 entre les taux horaires à LaSalle et Lachine

Au coeur de ce conflit de travail dans les 4 piscines gérées par la SODEM : la rupture des négociations salariales.

Payés 13,10$ de l’heure, les employés se sont vu offrir 13,55$ de l’heure plutôt que les $17 horaire qu’ils avaient fini par proposer à la table des négociations. Leur demande initiale était de $20 de l’heure.

À titre comparatif, l’arrondissement de Lachine qui a lancé sa campagne de recrutement de sauveteurs et sauveteuses pour l’été affiche un taux horaire de $15,46 sur l’annonce d’emploi pour des postes de sauveteurs et sauveteuses, un taux horaire qui semble être celui en vigueur pour les installations gérées directement par la Ville de Montréal.

« L’employeur fait l’autruche face à nos moyens de pression » a résumé Sophianne Leclair. Résidente de LaSalle, la représentante syndicale à la table des négociations pour les centres montréalais se dit cependant satisfaite de l’impact du mouvement et notamment du soutien du public. « De nombreux usagers nous ont montré leur soutien » ajoute-t-elle.

Les moyens de pression devraient cesser prochainement avec la nomination d’un arbitre dont le mandat sera de trouver une solution.

Selon les grévistes, les cadres, détenteurs des certifications nécessaires, assurent, en attendant, la surveillance des plages horaires de baignade disponibles.

Une information que nous n’avons pu vérifier auprès de la SODEM, car au moment de la publication de cet article, la personne en charge des relations médias n’avait toujours pas répondu à nos questions que lui avait transférées le gestionnaire de l’Aquadôme contacté par courriel mercredi après-midi.

Les photos en haut de cet article ont été prises par Anne Goulet, collaboratrice bénévole de Nouvelles d’Ici et employée en grève à l’Aquadôme.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 88 425 lecteurs en 12 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine y a fondé sa famille et son centre de formation en ligne pour les professionnels du digital dans les universités. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été la rédactrice en chef de la section "Cities & Towns" d'une grande dot com américaine à New York. C'est la pandémie qui l'a amenée à lancer Nouvelles d'Ici avec une autre citoyenne de son quartier en octobre 2020.