Actualités Communautaire Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Sud-Ouest Loisirs Verdun

Pickleball : Un sport accessible, amusant et en plein essor à LaSalle

Article mis à jour le 27 octobre à 7h avec un ajout des terrains à Verdun.

Connaissez-vous le pickleball ?

Malgré son nom, ce nouveau sport de raquette ne se joue pas avec un cornichon (pickle en anglais). Aussi appelé tennis léger, il est en plein essor partout au Québec. La fédération québécoise de pickleball (FQP) figure d’ailleurs sur la liste des fédérations reconnues par le ministère de l’Éducation depuis 2020 et certaines écoles le proposent aux enfants.

Sport de raquette empruntant au tennis, badminton et tennis de table, le pickleball se joue aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Moins demandant que le tennis et plus dynamique que le badminton, il se pratique sur des terrains de plus petites tailles comme ce dernier avec un filet plus bas.

Populaire à LaSalle chez les + 50 ans

“Ce sport est vraiment très populaire avec les 50 ans et plus” remarque Sylvain Pilote, directeur de Loisirs Laurendeau-Dunton. L’organisme qui propose différentes activités récréatives aux gens de LaSalle a récemment dû ouvrir de nouvelles plages horaires pour faire face à la demande. Débutée au centre en septembre, l’activité de pickleball compte maintenant une soixantaine de passionnés. Le centre récréatif et culturel de LaSalle sur la rue Hardy a même accueilli une démonstration de joueurs québécois de haut niveau à la mi-octobre pour le plus grand bonheur de tous. L’engouement autour de ce sport en pleine expansion est palpable et communicatif.

Luc De Grasse a attrapé la piqûre du pickleball depuis juin dernier

“C’est une activité physique qui demande moins d’efforts, mais qui bouge” explique Luc De Grasse, l’un des joueurs de pickleball qui fréquente régulièrement le centre de la rue Hardy à LaSalle. Après que des amis en Floride lui ont fait découvrir en juin dernier, M. De Grasse a eu la piqûre.

Le professionnel de l’immobilier avait fait des tournois de tennis et de badminton pendant une vingtaine d’années. Il avoue être retombé en amour avec la raquette depuis qu’il a commencé à jouer avec des amis. Aujourd’hui, il fait du pickleball 3 à 5 fois par semaine.

Où jouer ? LaSalle, Laval mais aussi Lachine et Verdun (en été) !

M. De Grasse joue à 3 endroits différents : à LaSalle, sur la Côte de Liesse et à Laval.

Il y a encore peu de terrains de pickleball sur Montréal, mais M. De Grasse joue également à Granby et Bromont quand il en a l’occasion. À Lachine, il est possible d’y jouer en été dans l’enceinte de la patinoire au parc Kirkland et sur 2 des 12 terrains du centre de tennis du parc LaSalle. À Verdun, les terrains qui ont été refaits au parc Wilson sont aussi tracés pour le pickleball.

Si ce sport relativement nouveau (il aurait été inventé aux États-Unis vers 1965 d’après cet article en anglais de Wikipédia) est particulièrement populaire auprès des 50 ans et plus, M. De Grasse insiste sur le fait qu’il n y a vraiment pas d’âge pour en faire et s’amuser. Il n’est d’ailleurs pas rare que le pickleball soit joué par plusieurs générations au sein d’une même famille. Des équipes multi-générationnelles participent même aux tournois organisés par la FQP. 

Pour Luc De Grasse, ce n’est qu’une question de temps et de disponibilité des terrains avant que la pratique du pickleball ne prenne son envol chez nous.

La photo de Luc Bédard, instructeur de pickleball, en haut de cet article a été prise lors d’une démonstration au Centre centre récréatif et culturel de LaSalle par Luc De Grasse.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 88 425 lecteurs en 12 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine y a fondé sa famille et son centre de formation en ligne pour les professionnels du digital dans les universités. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été la rédactrice en chef de la section "Cities & Towns" d'une grande dot com américaine à New York. C'est la pandémie qui l'a amenée à lancer Nouvelles d'Ici avec une autre citoyenne de son quartier en octobre 2020.