Hélène David, députée de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys
Actualités Gens d'ici LaSalle Le Bronx Montréalais d'ici Politique

Hélène David à LaSalle, la politique de l’écoute et du terrain

« Je n’ai aucun projet, c’est la première fois que je n’ai pas quelque chose d’autre qui m’attend, un nouveau défi ».

C’est ce qu’a expliqué la députée sortante de Marguerite-Bourgeoys, Hélène David, lors d’une entrevue le 1er juillet dernier. Si l’élue provinciale représentant les LaSallois et LaSalloises a annoncé sa décision de ne pas briguer un nouveau mandat sur sa page Facebook en avril, elle a choisi Nouvelles d’Ici pour faire ses adieux aux gens de LaSalle et revenir sur son parcours.

Élue en 2018 avec 53.39% des suffrages exprimés, Mme David succède alors à un autre ministre, Robert Poëti, dans la circonscription de Marguerite-Bourgeoys. À LaSalle, elle doit alors recommencer de zéro après avoir siégé pendant 4 ans comme députée d’Outremont. 

Avec le soutien de sa directrice de bureau de circonscription, Nathalie Côté, la Ministre de l’Enseignement supérieur est donc partie à la rencontre des gens de cette nouvelle circonscription. Une circonscription au profil très différent d’Outremont qu’elle connaissait depuis longtemps avant de s’y présenter en 2014. 

Avant LaSalle, Outremont

Comme le raconte Mme David, c’est Philippe Couillard, élu à Outremont à l’issue d’une partielle en décembre 2013, qui lui avait promis de lui céder la place pour l’élection générale de mars 2014. Une promesse faite lorsque ce dernier, chef du Parti Libéral du Québec (PLQ), lui avait demandé de s’engager en politique. Une promesse tenue malgré certaines réserves exprimées avant son investiture dont se souvient et s’amuse encore aujourd’hui la femme politique : «  on s’est fait dire que ce serait très difficile de me faire élire dans Outremont car j’étais une femme. » 

Pendant la campagne de 2018 sur Sainte-Catherine, les pancartes des sœurs David, Hélène et Françoise, alors cheffe de Québec Solidaire, ont montré que l’engagement politique n’avait plus de genre à Outremont, Montréal ou au Québec. « J’ai été élue à Outremont avec la plus forte majorité sur les 50 dernières années » ne manque pas de souligner Mme David. 

De l’art de savoir entrer, rester et… sortir en politique

Membre d’une famille engagée politiquement depuis plusieurs générations, la députée de Marguerite-Bourgeoys qui va quitter la politique en octobre ne l’a jamais prise à la légère. 

«Il faut savoir entrer en politique, survivre et demeurer en politique mais aussi sortir en politique » lance-t-elle.

C’est en parcourant certains dossiers pour faire du rangement que Mme David est tombée sur une lettre de 1992 où elle écrivait qu’elle n’exclurait pas un engagement en politique. 

Quand le PLQ vient cogner à sa porte en 2002, elle décline : elle vient de se séparer et ses enfants sont trop jeunes. « Je ne vois pas comment ce serait conciliable », conclut-elle alors.

Quelques années plus tard, Hélène David reçoit un autre appel de Michelle Courchesne, alors ministre de l’Éducation qui lui suggère à brûle-pourpoint de quitter l’Université de Montréal où elle travaille depuis presque 30 ans pour rejoindre la fonction publique et se charger du dossier de l’enseignement supérieur. 

Une quinzaine d’années plus tard, Mme David raconte son entrevue dans une cafétéria du ministère, un endroit inusité choisi uniquement pour des raisons de confidentialité. La conversation a duré 4 heures. Quatre jours plus tard, elle donnait sa démission à l’Université après avoir accepté le poste de sous-ministre adjointe à l’Enseignement supérieur.

C’est en 2010, deux ans plus tard, qu’elle retourne travailler pour l’université qu’elle a quitté où on lui offre un poste de vice-rectrice à Montréal. Elle a appris énormément de ses mois passés “avec [sa] petite valise” à Québec. Déterminantes, ces deux années dans la fonction publique l’ont préparée aux défis à relever lorsqu’elle devient ministre de la Culture et des Communications du Québec en 2014. « Ça m’a servi d’être fonctionnaire, j’avais touché à tous les aspects importants ».

Aller à la rencontre des gens

À LaSalle comme à Outremont auparavant, Mme David a toujours voulu aller à la rencontre des gens, sur le terrain. 

« Qu’il s’agisse de visiter toutes les salles de spectacles, les maisons d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugales ou les cégeps, Mme David a toujours voulu se rendre compte par elle-même » reconnaît Nathalie Côté qui la suit depuis 2017.

C’est cette approche qui a poussé Mme David à aller à la rencontre des différents organismes laSallois pour mieux saisir les spécificités du kaléidoscope de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys, composé de différentes communautés. « On était aussi des nouveaux arrivants dans notre circonscription, alors on est parti à la rencontre de tout le monde pour mieux comprendre les enjeux. » 

Si l’image d’Hélène David est souvent associée aux grands dossiers sur lesquels elle a travaillé à l’Assemblée nationale du Québec en marge des dénonciations, de la lutte contre la violence faite aux femmes, de la protection de la langue française, des droits des enfants et de la laïcité, pour de nombreux LaSallois et LaSalloise, son aide aura pris la forme de cartes d’épicerie, distribuées par l’équipe de son bureau au plus fort de la pandémie. Pour s’assurer que les plus vulnérables de Marguerite-Bourgeoys n’aient pas à souffrir de la faim durant la crise sanitaire.

Un retrait, pas une retraite

« C’est une circonscription magnifique avec la mosaïque culturelle qui la compose et je souhaite qu’elle continue à se développer dans l’harmonie sur le plan social, communautaire et économique. » lance la députée, interrogée sur ses vœux pour la circonscription qu’elle quitte.

Les gens de LaSalle vont lui manquer. L’agitation politique, la culture de l’opinion, la vitesse et le tumulte du cycle de la nouvelle au Québec, pas vraiment. Son retrait de la vie politique débutera au lendemain du scrutin du 3 octobre, mais ce ne sera pas pour autant le coup d’envoi de sa retraite : « Je vais prendre le temps de réfléchir, d’écrire et de m’engager d’une autre façon ».

Départ de Nathalie Côté

Directrice du bureau de circonscription de Marguerite-Bourgeoys depuis 2018, Nathalie Côté va également tourner la page. Interlocutrice de choix de nombreux organismes de LaSalle, Mme Côté quitte ses fonctions pour aller travailler au privé dans le domaine de la philanthropie.

La photo de Mme David en haut de cet article est utilisée avec la permission de son bureau de circonscription.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine a fondé Nouvelles d'Ici avec un groupe de citoyennes et citoyens en octobre 2020. Elle en est aujourd'hui la rédactrice en chef. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été managing editor de la section Cities & Towns d'une grande dot com américaine à New York. Avant de retourner au journalisme, Karine a fondé sa famille et un centre de formation en ligne pour les professionnels de la communication digitale.