panier d'épicerie
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Consommation Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Verdun

Hausse du panier d’épicerie : une étude est réalisée à Lachine

Pour la deuxième fois d’affilée, Alima, un centre de nutrition sociale périnatale, a évalué la hausse du coût du panier d’épicerie montréalais dans trois bannières à Lachine. Son rapport 2022-2023 sur le coût du Panier à provisions nutritif et économique à Montréal a évalué qu’entre octobre 2021 et juillet 2023, cela correspond à une augmentation de 25 % du coût pour une famille de 4 personnes.

Concrètement, cela équivaut à un coût supplémentaire de 2 850 $ par année pour les mêmes produits alimentaires, selon leurs calculs. Le coût minimal annuel d’une saine alimentation s’élève donc à 14 137,27 $ pour une famille montréalaise composée de quatre personnes, soit 9,68 $ par jour, par personne.

Pour l’année dernière seulement, c’est 8% d’augmentation. Toujours selon leurs calculs, le coût du panier constitue environ 45 % du revenu d’une famille vivant de l’aide sociale.

« C’est un outil qui nous permet de suivre l’évolution du prix des aliments qui ont été sélectionnés avant tout pour répondre aux besoins nutritionnels de la population. Il a aussi d’autres utilisations, que ce soit au niveau académique, au niveau de la recherche pour nos partenaires communautaires et de la santé publique », explique Julie Paquette, directrice-générale d’Alima.

Elle dit être particulièrement inquiète du cumul des augmentations. D’ailleurs, on parle ici d’un panier nutritif et non pas d’un panier moyen à Montréal. 68 aliments font partie de cette étude.

Les produits céréaliers, les légumes et les céréales pour bébés sont les catégories qui ont subi la plus forte augmentation, soit de 12 %, 17 % et 23 %, respectivement.

L’augmentation du coût des produits céréaliers est surtout causée par celle du prix des céréales raffinées qui est de 19 %.

Qu’est-ce qu’il y a dans le panier à provisions nutritif et économique ?

« On mange principalement des aliments qui ont une valeur nutritive très intéressante avec un coût minimal, mais il faut être capable de les cuisiner. Ça implique d’avoir des compétences culinaires, mais aussi l’équipement pour être capable de les préparer et les conserver », précise Mme Paquette en ajoutant que tous n’ont pas les outils pour le faire ou même les équipements comme un réfrigérateur ou des casseroles.

 La presque totalité des aliments transformés, comme des barres tendres, par exemple, ne sont pas pris en compte. On parle surtout de denrées de base : fruits et légumes frais, farine, céréales non raffinées, pain, viande (coupe de base), légumineuses, produits laitiers et œufs. Tout de même, un petit pourcentage est accordé aux condiments ainsi qu’au thé et au café.

Pour les besoins du rapport, la famille type est constituée d’un homme, d’une femme, d’une fillette (entre 9 et 13 ans) et d’un adolescent (14 à 18 ans), mais plusieurs types de familles sont aussi pris en compte dans la collecte de données, dont celles qui incluent des femmes enceintes et/ou des nourrissons.

« On voit qu’il y a plus de familles qui font face à l’insécurité alimentaire, mais on observe aussi un déplacement des familles qui pouvaient être en situation d’insécurité alimentaire modérée vers une situation qui est jugée grave. C’est une préoccupation qu’on a, d’autant plus pour la période de grossesse », conclut la directrice-générale d’Alima.

Pourquoi Lachine ?

En 2019-2020, un comité d’experts a été créé afin de trouver l’arrondissement le plus représentatif, soit l’arrondissement médian, selon les critères suivants : revenu moyen, après impôts, la fréquence du faible revenu, après impôts, le pourcentage de propriétaires et le coût du loyer moyen. Le tout est révisé aux 5 ans.

Les relevés de prix sont réalisés quatre fois par année dans des épiceries conventionnelles (IGA, Métro, Provigo, etc.) et à escompte (Maxi, Super C, etc.) de Lachine.

La photo en haut de cet article provient de CANVA.


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.

Pourquoi laisser Facebook décider si les nouvelles d'ici sont importantes pour vous ?Abonnez-vous à notre infolettre gratuite du vendredi pour continuer de vous informer sur l'actualité et les activités de votre quartier à Lachine, LaSalle, Verdun-IDS et dans le Sud-Ouest !
Carl Sincennes, Initiative de journalisme local
En tant que journaliste, Carl couvre les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l’Initiative de journalisme local. Il couvre l'actualité du sud-ouest de Montréal depuis 2019. Après avoir fait ses classes dans plusieurs stations régionales de Radio-Canada au pays, il a été journaliste pour le Messager LaSalle (devenu Métro LaSalle, durant son passage) et la radio CKVL, avant de rejoindre Nouvelles d’Ici. Carl a un baccalauréat en journalisme de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Intégrer l’équipe de Nouvelles d’Ici était donc pour lui la suite naturelle des choses.