Erik Goulet en atelier de stop motion avec le Petit Prince
Actualités Art Culture Gens d'ici Lachine Montréalais d'ici

Erik Goulet : un Lachinois devenu maître du stop motion et… le chiropracticien du Petit Prince

Chargé de cours pour l’enseignement du Stop Motion à l’Université Concordia, Erik Goulet est un Lachinois qui crée de la magie dans son sous-sol. Cette technique d’animation image par image permet de donner l’illusion du mouvement à l’aide d’objets ou de personnages inanimés. Véritable maître de cette discipline artistique, le résident de Lachine a d’ailleurs créé le Festival Stop Motion Montréal en 2008. S’il a décidé de passer le flambeau de la présidence du festival depuis 2020, le professeur confirme que cette forme d’art continue de passionner de nouveaux étudiants qui s’engagent  à divers niveaux dans cette forme d’art. Certains de ces jeunes ont pris la relève du Festival et veillent à son développement.  

Le Festival Stop Motion Montréal en sera à sa 14e édition en septembre 2022. En raison de la pandémie, il sera vraisemblablement présenté en formule hybride avec une programmation en personne similaire à 2019 et le maintien du volet virtuel des deux dernières années. 

Un maître d’une discipline menacée par les nouvelles technologies ?

Le glas n’a donc sonné ni pour le festival ni pour la discipline du stop motion, malgré l’arrivée en force des nouvelles technologies d’animation. 

 « Est-ce qu’on a assisté à la disparition de la peinture quand la photographie s’est développée ?» lance-t-il chaque fois que la question de la disparition éventuelle de la discipline lui est posée. 

« Pas du tout ! Notre discipline est souvent vue comme le mouton noir du cinéma parce qu’une production prend beaucoup de temps, mais on est vraiment dans un mode artistique différent : on sent le travail manuel, la signature personnelle… Le temps n’existe pas !» explique l’artisan du mouvement. Il n’est pas rare que deux secondes d’animation aient pris 6 ou 7 heures de travail. 

En fait, loin de faire disparaître la discipline, le digital a permis de l’optimiser. «C’est toutefois plus rapide maintenant puisque l’on peut revoir la scène immédiatement alors qu’il fallait attendre auparavant pour voir le bout de film tourné. »

L’expertise unique de ce Lachinois, le “chiropracticien” du Petit Prince

Erik Goulet en action
Erik Goulet en action – Crédit photo : EG

Si « tous les bonhommes et objets créés par ordinateur se ressemblent plus ou moins », les GUMBY (dans les années 50), et plus récemment, Bob le bricoleur et Shaun le mouton, ont marqué l’imaginaire de différentes générations. C’est d’ailleurs ce qui a permis le développement de cette forme d’art par les Britanniques et à Portland aux États-Unis.  « Au Canada, il nous manque des productions afin de pouvoir garder notre expertise » concède celui qui a toutefois été  associé à de belles réalisations telles le Petit Prince (2015), Nadine (2016) et La Girouette (2016). 

Derrière l’animation, il y a toute une équipe mais surtout « l’armaturiste », terme qu’il a inventé pour définir sa contribution. Grâce à son expertise unique de « faiseur d’armatures » développée depuis 1988 dans divers mandats chez SoftImage ou des locateurs d’équipement de cinéma, le Lachinois est devenu un incontournable dans le domaine à qui on lance des défis pour animer et faire bouger avec précisions « acteurs » durant les longs tournages. 

« Ce que j’aime dans chaque demande, c’est qu’on est toujours en résolution de problèmes, pour le fonctionnement des armatures, l’animation ou la fabrication des miniatures… » Chaque demande fait appel à sa mémoire d’autres projets, à son expérience des matériaux et sa compréhension de la vision de ceux qui produisent le film.Aujourd’hui, le travail de conception et de création d’une armature n’a pas vraiment changé. La durabilité des matériaux permet de réaliser des projets dont le tournage dure 6 mois ! Ce travail d’armaturiste peut prendre jusqu’à une centaine d’heures. Pour un projet d’envergure en développement, on fera appel à lui pour dessiner un « squelette » ou voir une maquette de plasticine, une matière qu’il affectionne grandement depuis plusieurs décennies.

Rendez-vous 2022

Cette année, le Festival se tiendra à nouveau à Concordia, en septembre, pour sa 14e édition. Erik Goulet y présentera des ateliers, tant pour les passionnés du secteur que pour les jeunes.. 

Même si la pandémie a réduit le nombre d’ateliers qu’il a animés dans les écoles, il a pu reprendre ce volet cet automne. L’occasion pour lui de remarquer que  l’excitation des enfants pour le stop motion est toujours présente. Cet amour fou l’a d’ailleurs touché à l’adolescence avec son frère et ses amis. Dans son patelin natal de Sherbrooke, il se rappelle que « l’histoire partait toujours de notre tête, que ce soit en jouant avec les LEGO ou toute autre forme, pour raconter des histoires. » Aujourd’hui, Erik Goulet continue à jouer dans son sous-sol à Lachine pour faire briller des étoiles dans les yeux des petits et des grands.

Yves Meunier

Yves Meunier
Collaboration spéciale
Résident de Lachine où il s’est impliqué dans les activités de ses enfants, Yves a grandi à Verdun. Journaliste de métier et de formation, il a oeuvré dans le secteur des communications publiques.

L’illustration en haut de cet article est une composition de 2 clichés pris par Yves Clement et Daphné Loubot Landreville (le caméo avec le Petit Prince), des photos utilisées gracieusement avec la permission d’Erik Goulet.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Collaborations spéciales
Avec les collaborations spéciales de Nouvelles d'Ici, les gens d'ici ont l'opportunité de joindre leur voix à l'équipe des collaborateurs de NDI.