La photo de classe de graduation de Denise Brault (1ere rangée, 3e de la droite) Crédit photo : Archive Denise Brault
Actualités Histoire Le Bronx Montréalais d'ici

Souvenirs de l’école Allion des années 1950-1960: Denise Brault raconte

Denise Brault“Je suis entrée à l’école Allion en troisième année au début des années cinquante et j’y suis restée jusqu’à la graduation de onzième année,” se souvient Mme Denise Brault, une résidente de la 3e Avenue dans le Bronx depuis 1945. 

Née Lavigne, elle a grandi, fondé et élevé une famille au côté de son époux tout en s’impliquant dans la vie communautaire du quartier et de l’arrondissement LaSalle. Toujours présidente du Groupe des Aidants du Sud-Ouest qu’elle a créé en 1995, Mme Brault se souvient avec bonheur de ses années passées avec ses camarades de classe. 

Une école de la paroisse

Après avoir fait ses première et deuxième années à l’école privée de Monique Lepage au coin de la rue Édouard et de la 7e, la jeune Denise rejoint la classe de troisième année de l’école Allion alors tenue par les Soeurs de la Présentation de Marie.

L’ordre a géré l’enseignement aux jeunes filles francophones du quartier, avec l’aide d’enseignantes laïques, jusqu’en 1963, avant que les soeurs du Saint Nom de Marie et de Jésus ne leur y succèdent. “Les garçons allaient en face, à Notre-Dame-du-Sacré-Cœur,” précise l’ancienne d’Allion. Devenue mixte par la suite, l’école NDSC a accueilli de nombreuses générations d’élèves du Bronx avant que le Centre culturel et communautaire Henri-Lemieux ne s’y installe dans les années 1980.

Ensemble pour une décennie

Les yeux perdus quelques instants dans de joyeux souvenirs et le sourire aux lèvres, Mme Brault raconte combien ces “années Allion” sont restées chères à son coeur. Avec une seule classe par niveau, une petite fille y débutant son primaire à l’époque se préparait à partager, avec une vingtaine de ses congénères, joies, peines et rêves pendant une décennie. Ces jeunes filles prenaient aussi l’habit, l’uniforme de l’école, que toutes devaient porter. “J’aimais beaucoup notre costume: une belle tunique bleu marine et une blouse blanche,” se remémore Denise.

La classe de 4e et 5e années de Mme Gertrude
La classe de 4e et 5e année de Gertrude Duquette (1955-55) – Crédit photo : Archives Duquette

Journée d’école dans les années 50

Comment les journées s’écoulaient-elles pour les écolières d’Allion à l’époque ?

De 8h à 4h avec une pause pour le dîner, les cours de français, mathématiques, histoire, géographie, anglais et éducation physique étaient au programme. Si le gymnase se situait sur le premier plancher de l’école, l’étage supérieur de la rotonde, à l’angle d’Édouard et de la 4e, abritait une grande cuisine bien équipée. C’est ici que se déroulaient les leçons et travaux pratiques de cuisine au programme des enseignements d’arts ménagers. En demi-groupe les écolières d’Allion apprenaient à confectionner gâteaux et autres mets. À peine leurs créations sorties du four, Denise et ses camarades les dégustaient ensemble avec gourmandise. 

“Lorsque un groupe était en cours de cuisine, l’autre faisait des travaux de couture, tricot ou crochet,” se rappelle Denise dont le petit fils de 10 ans fréquente aujourd’hui une école différente en bien des points. Pourtant, certains des jeux auxquels jouaient les écolières des années 1950 n’étaient pas tous d’un autre temps. Du ballon chasseur à la marelle, les grands classiques des cours d’école avaient déjà la faveur des élèves. Les batailles de boules de neige prenaient souvent le dessus l’hiver venu dans les années 1950 également. 

Le bal des finissantes

Si Mme Brault se rappelle avec nostalgie de son uniforme d’écolière, la belle robe de crinoline rose qu’elle a porté à sa fête de graduation garde une place de choix dans sa mémoire. Ce grand jour à la fin de sa onzième année reste l’un des meilleurs souvenirs de ses “années Allion.” 

La photo de classe de graduation de Denise Brault (1ere rangée, 3e de la droite)
Crédit photo : Archive Denise Brault
La photo de classe de graduation de Denise Brault (1ere rangée, 3e de la droite)
Crédit photo : Archive Denise Brault

“C’était un moment fort, après avoir passé presque 10 ans avec mes amies, de marquer ce grand passage, ce changement dans nos vies,” explique-t-elle. La cérémonie de remise des diplômes organisée par la direction de l’école avait été des plus traditionnelles. Mais, les parents des finissantes avaient réservé une salle pour accueillir un banquet suivi d’un bal pour souligner la réussite des jeunes filles.

“C’était vraiment une belle école et c’est tellement malheureux que personne ne s’en serve aujourd’hui,” conclut Denise Brault à la fin de notre entrevue. 

Avez-vous aussi fréquenté l’école Allion ? 

Depuis la rencontre du 3 novembre, le comité communautaire « Allions-Nous » travaille à faire avancer ces dossiers.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 55 764 lecteurs en 9 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine y a fondé sa famille et son centre de formation en ligne pour les professionnels du digital dans les universités. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été la rédactrice en chef de la section "Cities & Towns" d'une grande dot com américaine à New York. Juste avant la pandémie, elle a proposé au comité Catalyseur du Bronx de créer le Bulletin du Bronx -- ce qui lui a donné l'envie de lancer Nouvelles d'Ici.