Loyers en augmentation, logements certifiés
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Municipal Transports Urbanisme Verdun

Plan métropolitain d’aménagement et de développement : le point sur les cibles de logement, mobilité et verdissement

Plus de 10 ans après sa première version, le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) du Grand Montréal a fait l’objet d’un important bilan.

Le PMAD du Grand Montréal est entré en vigueur le 12 mars 2012 et « vise à structurer l’urbanisation de la région métropolitaine afin de la rendre plus attractive et plus compétitive dans une perspective de développement durable ».

« Les cibles fixées en matière de transport collectif et actif demeurent difficiles à atteindre et le déficit de logements entraîne des enjeux d’abordabilité pour un grand nombre de ménages. Les actions visant la création et la consolidation de milieux de vie complets et inclusifs devront être renforcées », indique le rapport.

Développer des milieux de vie accessibles en transports en commun

Le PMAD propose d’orienter, avec le développement du REM, 60 % de la croissance des ménages d’ici 2031 dans les 159 aires TOD (Transit- Oriented Development) de la région, soit à proximité des principaux points d’accès au réseau métropolitain de transport collectif structurant.

De 2011 à 2021, 43 % des logements ont été construits dans des aires TOD. Selon le bilan, l’objectif a été plus qu’atteint à Montréal avec un taux de 75%. Toutefois, si on exclut Montréal, c’est plutôt autour de 20% des logements qui ont été construits dans ces aires. Par ailleurs, entre 2017 et 2021, les densités observées dans les aires TOD ont généralement dépassé les seuils minimaux de densité brute prescrits au PMAD. Il est tout de même proposé « d’examiner la possibilité d’augmenter les seuils de densité dans les aires TOD ».

Toujours dans la même veine, encore peu de ménages ont une bonne accessibilité aux commerces et aux services, hors de l’île de Montréal. Sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), seulement 35% des logements sont situés dans un secteur présentant une accessibilité piétonne élevée aux commerces et aux services. « Cette situation met en lumière l’importance qui devra être accordée, dans les prochaines années, à l’augmentation de la mixité fonctionnelle dans les projets de densification, en particulier à l’extérieur des quartiers centraux de Montréal », souligne le rapport.

Peu de logements sociaux et abordables

Dans le Grand Montréal, 110 000 ménages locataires éprouvent des besoins « impérieux » en logements, c’est-à-dire que le « logement est considéré inabordable, de mauvaise qualité, ou d’une taille non convenable et que son revenu ne lui permet pas de payer le loyer médian d’un logement acceptable dans sa communauté ».

Dans l’ensemble de la CMM, la proportion des logements sociaux et abordables est passée de 4,2 % en 2001 à 4,1 % en 2021. Dans les aires TOD, cette proportion a aussi diminué depuis 2011, passant de 5,9 % à 5,7 %. Afin de contrer ce phénomène, « il s’avère pertinent d’examiner la possibilité d’intégrer, dans le cadre de la révision du PMAD, des cibles minimales de logements sociaux et abordables, déterminées en fonction des besoins et des particularités du milieu », indique le rapport.

Toujours en termes de logements, la presque totalité des municipalités régionales de comté (MRC) et des agglomérations du Grand Montréal ont déjà atteint ou dépassé leurs seuils minimaux de densité résidentielle à l’extérieur des aires TOD. Cependant, près de la moitié de l’espace résidentiel nouvellement développé est consacrée à la construction de maisons individuelles. Fait à noter, en 2022, les maisons individuelles représentaient 6 % des logements mis en chantier, alors qu’elles représentaient la moitié des mises en chantier au début des années 2000.

On propose « d’examiner la possibilité d’augmenter les seuils de densité à l’extérieur des aires TOD, en préservant la possibilité de moduler la densité en fonction des caractéristiques des milieux de vie ».

Augmenter la part modale du transport en commun

De 2008 à 2018, il y a eu une très lente augmentation de la part modale du transport en commun, qui est passée de 25 % à 26 %. Concrètement, cette proportion est passée de 25 % en 2008, à 24,7 % en 2013, pour s’établir à 25,9 % en 2018.

Pourtant, un des objectifs établis par le PMAD est de hausser à 35 % la part modale des déplacements effectués en transport collectif à la période de pointe du matin d’ici 2031. « Considérant que la période de pointe est plus étendue depuis la pandémie, il s’avèrerait pertinent de fixer une cible sur une période de 24 h, plutôt que sur la période de pointe du matin seulement », est-il proposé.

Les auteurs du bilan mentionnent tout de même que des projets structurants sont en planification ou en cours comme la mise en service graduel du Réseau express métropolitain (REM) et le prolongement de la ligne bleue.

Parallèlement, 33 % des ménages du Grand Montréal demeurent dans des milieux présentant une accessibilité élevée au transport collectif. Toutefois, il y a un fort déséquilibre entre Montréal et les banlieues. Sur l’île de Montréal, c’est 59 % des ménages qui demeurent dans des milieux présentant une accessibilité piétonne élevée au transport collectif. Cette proportion monte à 77 % dans les aires TOD de l’Île. Hors de l’île de Montréal, cette bonne accessibilité au transport collectif concerne seulement 8 % des ménages de Laval (43 % pour les aires TOD) et de l’agglomération de Longueuil (30 % pour les aires TOD). Pour le reste des couronnes, moins d’1% ont un bon accès.

De son côté, la part modale du vélo pour les déplacements domicile-travail stagne autour de 2 %, même si selon l’étude sur l’état du vélo au Québec en 2020 de Vélo Québec, la proportion de cyclistes adultes utilisant occasionnellement ou quotidiennement le vélo comme mode de transport est passée de 20 % à 47 %, entre 2000 et 2020. L’objectif fixé dans le cadre du Plan directeur du Réseau vélo métropolitain était d’augmenter la proportion des déplacements domicile-travail réalisés en vélo, en faisant passer la part modale du vélo de 1,8 % en 2011 à 3,8 % en 2031.

Le Réseau vélo métropolitain consiste au parachèvement du réseau cyclable existant afin d’assurer la liaison entre les différents secteurs du Grand Montréal.

Maintenir et augmenter le couvert forestier ainsi que la canopée

Le couvert forestier s’établit à 20,9 % de la superficie du territoire de la CMM, selon les dernières estimations. Cela représente une légère augmentation, comparativement à 2011.  Il était alors de 20,4 %. Le couvert forestier est composé d’espaces couverts d’arbres formant des massifs de 0,5 ha et plus, mais il n’inclut pas les arbres isolés, les milieux boisés de petite envergure ou les alignements d’arbres en milieux urbains ou agricoles.

De son côté, la canopée couvre 25,5 % de la superficie de la CMM. Elle comprend tous les arbres du territoire. C’est une légère augmentation comparativement à 24,9 % en 2011.

Dans le PMAD en vigueur, une cible a été fixée pour le couvert forestier (30 %), mais on n’y retrouve, pour l’instant, aucune cible associée à la canopée.

« En visant l’augmentation de la canopée, plutôt qu’uniquement l’augmentation du couvert forestier, toutes les actions de conservation des arbres et boisés existants sont encouragées, tant pour les forêts et milieux naturels, que pour les espaces verts ou les arbres isolés en milieux agricoles ou urbain », propose-t-on dans le document.

Crédit photo : NDI & CANVA


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.

Pourquoi laisser Facebook décider si les nouvelles d'ici sont importantes pour vous ?Abonnez-vous à notre infolettre gratuite du vendredi pour continuer de vous informer sur l'actualité et les activités de votre quartier à Lachine, LaSalle, Verdun-IDS et dans le Sud-Ouest !
Carl Sincennes, Initiative de journalisme local
En tant que journaliste, Carl couvre les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l’Initiative de journalisme local. Il couvre l'actualité du sud-ouest de Montréal depuis 2019. Après avoir fait ses classes dans plusieurs stations régionales de Radio-Canada au pays, il a été journaliste pour le Messager LaSalle (devenu Métro LaSalle, durant son passage) et la radio CKVL, avant de rejoindre Nouvelles d’Ici. Carl a un baccalauréat en journalisme de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Intégrer l’équipe de Nouvelles d’Ici était donc pour lui la suite naturelle des choses.