La carte des ruisseaux de l'ouest de Montréal
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Communautaire Environnement Lachine LaSalle

Ensemble pour améliorer la qualité de l’eau d’ici avec le programme du GRAME, Allô Ruisseaux

C’est pour améliorer la qualité générale de l’eau des ruisseaux de l’ouest de l’île de Montréal que l’initiative Allô Ruisseaux, portée par le Groupe de recommandations et d’actions pour un meilleur environnement (GRAME), existe. Elle a pu être mise en place grâce, notamment, au soutien financier du programme fédéral de financement communautaire ÉcoAction. L’objectif de ce projet est de protéger et préserver ces ruisseaux qui font partie du cycle de l’eau à Montréal.

“Aujourd’hui, seulement 18% d’entre eux, soit environ 59 km, serpentent encore l’île, les autres ayant été canalisés ou convertis en égouts collecteurs au cours du XIXe siècle”, précise Sandrine Tessier, la coordinatrice des communications du GRAME. 

6 ruisseaux dont les eaux finissent dans le lac Saint-Louis

Avec un total de 6 ruisseaux à ciel ouvert, l’ouest de l’Île est le secteur qui en compte le plus. Parmi eux se trouvent le ruisseau Bertrand, le ruisseau Meadowbrook et le ruisseau Bouchard, à la frontière entre l’arrondissement de Lachine et la Ville de Dorval.

Tous finissent par se jeter dans le fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Louis où se situent encore les prises d’eau de Lachine et de la Ville de Dorval. Si l’arrondissement de Lachine va être à terme alimenté en eau potable par l’usine Charles-J.-Des Baillets à LaSalle, le futur parc riverain de Lachine devrait proposer une option de baignade en eau libre. À court et moyen termes, la qualité de l’eau est donc importante pour tous.

Grâce au programme Allô Ruisseaux, le GRAME veut mobiliser toutes les parties prenantes : les villes et arrondissements, les entreprises et industries riveraines ainsi que les propriétaires des terrains privés à proximité de ces ruisseaux. C’est d’ailleurs pour sceller cette collaboration que le maire de Dorval, Marc Doret ainsi que la mairesse de Lachine et responsable du dossier de l’eau au Comité exécutif de la Ville de Montréal, Maja Vodanovic ont participé au lancement officiel de l’initiative le 28 septembre au parc Jacques-de-Lesseps, en présence du vice-président du développement durable aux Aéroports de Montréal, M. Martin Massé.

Ce lancement était symbolique car Allô Ruisseaux a déjà plusieurs réalisations à son action. 

Déjà plus d’une tonne de déchets ramassés et 300 végétaux plantés en 2022

Planifiées à partir de novembre 2021, plusieurs actions ont déjà été réalisées. “Au ruisseau Bouchard, nous avons récupéré une tonne de déchets sur les berges et dans le cours d’eau : produits d’emballage en plastique, canettes de boisson, vieux pneus et même du mobilier usagé”, explique Luisa Novara, la chargée du projet au GRAME. 

Pour débarrasser des abords du ruisseau Bouchard cette quantité imposante de déchets, 185 élèves du collège Sainte-Anne à Lachine et 220 élèves du pensionnat Saint-Nom-de-Marie à Outremont se sont mobilisés lors de deux corvées de nettoyage en avril et mai derniers. Deux autres opérations de nettoyage sont programmées au Château-Pierrefonds à Pierrefonds ainsi qu’à Kahnawà:ke, le 15 octobre prochain, en collaboration avec le Kahnawà:ke Environment Protection Office (KEPO) 

Mais le programme Allô Ruisseaux ne se limite pas à des opérations de nettoyage. La plantation de végétaux est aussi prévue dans ce cadre, en partenariat avec les municipalités qui souhaitent participer. “Plus de 300 arbres et arbustes d’espèces indigènes ont déjà été plantés sur les bassins versants des ruisseaux Bouchard et Bertrand,” confirme Mme Novara. Et, ce n’est pas encore fini pour cette année. En 2023, l’objectif est de planter un millier de végétaux supplémentaires.

Ces derniers agissent comme des barrières naturelles contre les déchets poussés par le vent dans les ruisseaux, mais aussi contre les polluants présents dans les eaux de ruissellement.

Suivant le modèle des barrières riveraines réglementées par le ministère de l’Environnement, ces lignes de défense végétales peuvent agir comme de véritables filtres, bénéfiques pour l’environnement, et ultimement la qualité de l’eau d’ici. 

L’illustration en haut de cet article est composée d’une capture d’écran de la carte Google Earth des ruisseaux de l’ouest de Montréal réalisée par le GRAME et d’une photo du lac Saint-Louis prise par Karine Joly.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine a fondé Nouvelles d'Ici avec un groupe de citoyennes et citoyens en octobre 2020. Elle en est aujourd'hui la rédactrice en chef. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été managing editor de la section Cities & Towns d'une grande dot com américaine à New York. Avant de retourner au journalisme, Karine a fondé sa famille et un centre de formation en ligne pour les professionnels de la communication digitale.