Oeuvre de dentelle réalisée dans le cadre de l'atelier de dentelle au Centre des femmes de Verdun
Actualités Affaires civiques Art Communautaire Île-des-Soeurs Urbanisme Verdun

Quand la ville fait dans la dentelle : l’art féministe et éphémère s’invite à Verdun

Des échantillons de dentelle ont envahi Verdun ! Depuis le mois d’août, Alice Dufour, Verdunoise de 29 ans et créatrice de lingerie en dentelle, anime un atelier de tricotage de dentelle au Centre des femmes de Verdun (CFV). Il s’agit d’un projet de médiation culturelle organisé en partenariat avec Quai 5160, la maison de la culture de Verdun. S’inspirant du tricot-graffiti, les participantes des quatre ateliers ont habillé le gazebo, à proximité sur la piste cyclable, de leurs créations de dentelle.

Une expo pour se réapproprier certains espaces urbains de Verdun

Textile militant et féministe à Verdun

« Le textile est militant », revendique Mme Dufour, une féministe passionnée, à qui ce projet tient particulièrement à cœur.

Le contraste d’idées tout comme la confrontation de textures interpellent la créatrice. Elle raconte que la dentelle est un matériau qui répond à plusieurs de ses aspirations artistiques. « La dentelle est aérienne, fine et semble délicate alors qu’en réalité c’est une matière résiliente et résistante qui sert de support » dans ses créations. Pour elle, ses bustiers de dentelle d’apparence fragile sont des armures qui embrassent et protègent le corps. 

Par le biais du tricot-graffiti, l’artiste souhaite exposer dehors un médium dit typiquement féminin et domestiqué pour se réapproprier l’espace public qui a été conçu par et pour les hommes. En effet, elle s’indigne que les femmes soient souvent minoritaires lors de prises de décisions qui les concernent, comme la sécurité  urbaine. Elle a d’ailleurs abordé avec le groupe un chapitre du livre Le boys club, dans lequel Martine Delvaux dénonce un milieu de l’architecture phallocentrique qui pense la sphère publique exclusivement au masculin. 

Le tricot, une tradition familiale devenue un projet de vie pour l’artiste verdunoise

« Pendant mes études, je finissais toujours par rêvasser de mes projets de tricot », soupire Mme Dufour.

L’entrepreneure et créatrice de lingerie en dentelle, Perluette, a appris à sept ans à tricoter et à coudre avec Aline, sa grand-mère maternelle  au 2e étage du duplex familial à Verdun. 

Son baccalauréat en psychologie et sociologie en main, elle a entamé une maîtrise pour, de fil en aiguille, retrouver son premier amour, le tissu. Après trois années de spécialisation technique en construction textile au cégep du Vieux Montréal, Alice Dufour a, de manière autodidacte, appris à créer de la dentelle avec une machine à tricoter adaptée au tissu délicat. Désormais, elle enseigne également l’art de la dentelle au cégep du Vieux Montréal.

Depuis ses 8 ans, Mme Dufour rêve d’ouvrir un « café-tricot », une boutique conviviale qui vend du matériel de tricot, ses créations et des boissons. Ce n’est pas l’ambition qui lui manque.

La photo en haut de cet article d’une oeuvre de dentelle militante a été prise par Caroline Samii-Esfahani le 21 septembre 2022.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Caroline Samii-Esfahani, Initiative de journalisme local
Caroline couvre certaines des affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l’Initiative de journalisme local. Résidente de Verdun depuis 2020, Caroline est une journaliste passionnée d’histoires humaines. Elle aime écrire, fusionner les idées, apprendre, rencontrer les gens et partager leurs témoignages. Ancienne gestionnaire de projets marketing et web dans le monde du jouet et de la publicité, elle a choisi de ne se dédier qu’au journalisme. Caroline s’intéresse aux thématiques sociales et culturelles particulièrement axées sur la diversité et l’intersectionnalité. Elle a aussi signé quelques collaborations spéciales avant de rejoindre l’équipe.