David Tremblay Virtualité
Actualités Art Culture Gens d'ici LaSalle Le Bronx Montréalais d'ici

Virtualité : le slam qui a fait vibrer le rendez-vous panquébécois de Secondaire en Spectacle

Finissant de l’école secondaire Cavelier De-LaSalle, David Tremblay a participé à la finale panquébécoise de Secondaire en spectacle le 30 mai au soir en direct de Laval.
Si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’écouter son numéro Virtualité, voici plus bas le texte intégral de ce slam sur les maux des ados pendant le confinement, un texte suivi d’un enregistrement de sa prestation du 30 mai.

Premier jour

Mon tout premier cours
C’était trop les jours où je me levais tôt 
Où je mettais mon manteau et j’arrivais en retard
Aujourd’hui, je me lève tard 
Et je pourrai enfin faire une sieste tantôt

Mais avant je dois me connecter 
En toute honnêteté 
Je sens que je vais me délecter 
De cette vie déconnectée

Bonjour monsieur
Ah, puisque vous êtes soucieux
Derrière mon appareil, tout est pareil
J’aligne les consignes des cours en ligne 
C’est la belle vie, évidemment que oui.
Prochain cours, un devoir?
Okay, c’est bon, au revoir!

Bon, je prends une bouchée et je retourne me coucher

Jour 10

Discutons encore de sujets qui m’alourdissent

Bon, dans cinq minutes 
Mon cours débute
Je viens tout juste de me réveiller 
Pas besoin de m’habiller 

Bonjour madame
Comment? Mon état d’âme?
Je me dis que ça pourrait être pire
Mais j’aspire à un meilleur avenir

C’est que, ces temps-ci, je ressens un sentiment d’isolement
Isolé, vous avez dit? Non non, je voulais dire «désolé»
C’est, qu’avec les écrans,
On perd la notion des sentiments

Un texte sur ma quarantaine? 
Bon, un devoir de plus à ajouter à ma vingtaine
Sous forme de slam?
Okay, c’est bon, bye madame!

Mon immonde isolement m’inonde d’examens…
Ah et, tu sais quoi? Je vais le faire demain
Comme mon devoir de géo
Ah, je préfère jouer à mes jeux vidéos

Jour 20

Mais c’est en vain

Je retourne passer des heures devant mon ordinaire ordinateur
8 heures de sommeil contre 8 heures de soleil artificiel
Qui émet mes mots mais omet mes émotions
Et je consomme ces consonnes mais je perds ma dévotion pour ces notions 

« Prochain cours, vous devez lire le texte de Baudelaire
Est-ce que c’est clair?
J’espère que vous avez compris les consignes. »
Et vous, les voyez-vous mes signes?

Voyez-vous ma colère 
Derrière mon foutu pouce en l’air?
Votre travail, je l’ai compris
Mais c’est entre mes émotions que je suis pris

Arrêter de me parler de cet auteur
Demandez-moi quelles sont mes douleurs
Et si vous me demandiez de quoi j’ai peur 
Han, monsieur le professeur!

Jour 30

Mais je ne sais même plus si cela me tente 

Je n’ai même plus le goût de jouer à des jeux vidéos
Ma vie est devenue un jeu où je ne suis le héros 
Et je vis des hauts, mais surtout des bas 
Et s’il te plaît, viens pas me faire le débat 

« Ne t’inquiète pas, c’est rien qu’une passe. »
C’est rien qu’une passe d’être en constante impasse dans ce minuscule espace?

J’aurais jamais pensé passer mon année à être dépassé par l’impression d’en faire pas assez.
Pris en confinement
Comme un con filmant
Mon visage si sage devant mon écran
Mais si triste en dedans 

Et je zoom sur ma peine 
En espérant la fin de la semaine 
Ma douleur devenue macroscopique
Je m’enduis d’ennui par voie topique 

« Mais c’était comme ça dans notre temps. »
Écoute-moi s’il te plaît un instant
J’ai des tonnes de devoirs
Des cours à revoir 

Et pourtant, j’écoute coûte que coûte 
Mais leurs paroles s’envolent 
Et rien de ce que j’apprends à l’école
Ne s’entête dans ma tête

Je vis à l’idée d’être validé 
Ma nouvelle réalité: une vie alitée
Mon lit, ma vitalité 
Et pourtant j’ai cette insomnie omniprésente
Qui hante ma vie

Et j’essaie vainement d’atteindre la note de passage
60 pour cent pour sentir que je flanche
Qu’une tempête se déclenche dans ma carapace étanche 

60 pour cent pour sentir que mes jours sont noirs 
Et que mes nuits sont blanches

Parce que j’avance dans le labyrinthe de Dédale 
Et j’en comprends que dalle
J’ai des tonnes de travaux qui m’attendent
Et j’ai le texte sur ma quarantaine qu’il faut que je rende

Mais j’ai perdu mes mots pour démontrer que je suis démotivé
Est-ce qu’il y a quelqu’un qui voudrait bien me réactiver?
On ruine mon secondaire
Et on me dit que ma peine, elle, doit être secondaire 

Je ne vois plus mes amis
Je n’ai plus le temps d’avoir une vie
Et comme l’école me l’a si bien prescrit
Je me tais et je souris 
Parce que si je veux m’énerver
Il faut que j’aie la main levée

Mais je n’ai plus de place dans mon esprit
Parce qu’entre les théories sur l’énergie
Les théorèmes et les idéologies
Les colonies et leurs stratégies
J’ai rien compris

Les cours en ligne ne font que m’affaiblir
Me salir
Me démolir
Me pourrir
M’étourdir
Me nuire
Me détruire
M’anéantir
Et tout ce que je demandais, c’était que de réussir

Mais mon travail à remettre aujourd’hui
Sauf que je suis pris dans ce mépris et puis, bien tant pis
Vous savez quoi?
Je vais retourner dans mon lit

Regardez le slam de David Tremblay !

En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous pourrez visionner le numéro de David que nous avons calé pour vous dans cette vidéo du Rendez-vous panquébécois de Secondaire en spectacle enregistrée le 30 mai à Laval.

David Tremblay

David Tremblay
Collaboration spéciale
Résident de LaSalle en 5e secondaire à l’école Cavelier De-LaSalle et ancien de l’école Sainte-Geneviève Sud, David a représenté Montréal au rendez-vous panquébécois du concours Secondaire en spectacle.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 55 764 lecteurs en 9 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Collaborations spéciales
Avec les collaborations spéciales de Nouvelles d'Ici, les gens d'ici ont l'opportunité de joindre leur voix à l'équipe des collaborateurs de NDI.