Ginie Jackson et Virginie St-Louis Grégoire - Crédit photo : Alexandre Charron
Actualités Art Culture Entreprises Lachine Montréalais d'ici

Virginie St-Louis Grégoire : magicienne d’Oz de la Rue Notre Dame à Lachine — et musicienne d’ici !

“Avant la pandémie, j’allais souvent travailler en avion, maintenant je peux presque tout faire à pied”. Directrice générale de l’Association Centre-Ville Lachine (ACVL) depuis avril 2021, Virginie St-Louis Grégoire est un bel exemple de réinvention – et pas seulement en matière de transports écoresponsables.

Des festivals à Lachine : la magicienne derrière le renouveau de Notre-Dame

Station hivernale de Lachine Aux souches lumineuses !
Station hivernale de Lachine Aux souches lumineuses ! – Crédit photo : Karine Joly

Détentrice d’un DESS en gestion d’organismes culturels de HEC Montréal, Mme St-Louis Grégoire était une professionnelle de l’événementiel qui enchaînait les contrats à Montréal, au Canada mais aussi sur de gros festivals de musique aux États-Unis (Outside Lands, Bonnaroo et Lost Lake) avant que la COVID ne bouleverse notre monde et sa carrière. 

Organisatrice hors-pair mais aussi musicienne accomplie, elle est aujourd’hui une sorte de magicienne d’Oz derrière le renouveau commercial de la rue Notre-Dame à Lachine (le jeu des murales et la coordination pour l’expo Grand-Nord dans les vitrines, les marchés publics d’été et les animations du temps des fêtes). 

“J’adore mon travail : hier, je livrais des lutins aux commerçants de la rue !” s’exclame-t-elle lorsque je l’ai questionnée sur sa transition professionnelle imposée par la pandémie. Mme St-Louis Grégoire aime la variété et l’imprévisibilité, mais aussi les relations qu’elle bâtit chaque jour avec les commerçants, les différents partenaires locaux mais aussi les gens de Lachine, ses voisins et voisines. 

Granby, Verdun puis Lachine et l’ACVL

Née à Granby, elle l’a quitté à sa majorité puis a vécu sur Wellington à Verdun et Côte Saint-Paul avant d’acheter un duplex à Lachine en 2009 sur les conseils de ses parents. Résidente du centre-ville depuis, elle se réjouit de pouvoir contribuer activement au renouveau de la rue commerçante et de la communauté. “J’ai hâte de voir la rue dans 5 ans quand elle sera refaite” confie la gestionnaire avant d’ajouter combien elle apprécie de pouvoir travailler sur un projet à long terme, et pas seulement des événements ponctuels, comme avant.

C’est un heureux hasard qui l’a conduite à faire application au poste de direction générale qu’elle occupe. Elle avait alors contacté le directeur en place, Michaël Bardier, pour lui présenter un projet de café culturel mais aussi pour proposer d’organiser des événements au parc de la 11e. “Je voulais m’impliquer dans le quartier où j’habitais”.

Ancien professionnel de l’événementiel, M. Bardier avait décidé de reprendre ses activités pré-pandémiques. Il a suggéré à Virginie St-Louis Grégoire de postuler. Après le processus de recrutement, sa candidature est sortie du lot. 

Son autre vie : la musique avec Steve et Ginie Jackson

Également passionnée de musique depuis toujours, son parcours personnel l’a amenée à parfaire ses connaissances du domaine culturel, de l’intérieur, comme artiste. Elle a fondé avec son compagnon dans la vie, Steve Viau, le duo Steve et Ginie Jackson, un groupe de musique acoustique qui joue du “folk festif”, comme elle le définit. Steve est à la guitare tandis que Ginie (un diminutif choisi pour que les Américains puissent le prononcer facilement) joue de la mandoline, du mélodica et du ukulele. 

Steve & Ginie Jackson - Crédit photo : Martine Labonté
Steve & Ginie Jackson – Crédit photo : Martine Labonté

Ensemble, ils sont partis en tournée aux États-Unis (avec leur van !) et en Europe pour se produire à différents endroits tout en voyageant. Ils ont même enregistré leur premier album à San Diego à la faveur d’une rencontre dans un bar où ils jouaient en 2017 lorsqu’un spectateur leur propose de le faire dans son studio un jour. Ne le prenant pas au sérieux, la Québécoise lui propose à la blague de le faire le lendemain. “Et c’est comme ça que l’on a pu faire nos premiers enregistrements en 2017 !” raconte-t-elle.

“À la mi-mars 2020, on venait d’arriver en Californie pour débuter notre tournée de concerts” se souvient-elle. Ce n’est que la menace de fermeture totale des frontières qui a poussé le duo à prendre la direction d’abord de la Colombie Britannique puis du Québec, mettant fin à leur van life sur la route. La sous-location de son appartement avait été suspendue en raison de la pandémie, le retour à Lachine s’est donc fait naturellement. Le couple de musiciens a d’ailleurs mis à profit son confinement pour travailler sur de nouvelles chansons.

Si la culture prend de plus en plus de place sur la rue Notre-Dame avec des concerts, spectacles et activités en tout genre, c’est aussi grâce au parcours atypique de Virginie St-Louis Grégoire. Sa passion pour la rue Notre-Dame à Lachine est communicative. Son amour pour les gens d’ici aussi.

La photo en haut de cet article est un montage d’une photo du duo Steve & Ginie Jackson prise par Alexandre Charron (sur Instagram: @charron_blvdr) utilisée gracieusement avec sa permission et d’un selfie de Virginie St-Louis Grégoire en caméo.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine a fondé Nouvelles d'Ici avec un groupe de citoyennes et citoyens en octobre 2020. Elle en est aujourd'hui la rédactrice en chef. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été managing editor de la section Cities & Towns d'une grande dot com américaine à New York. Avant de retourner au journalisme, Karine a fondé sa famille et un centre de formation en ligne pour les professionnels de la communication digitale.