Nature et diversité
Actualités Affaires d'ici Communautaire Lachine LaSalle Social

Sentinelles en veille : Des bénévoles en mission pour les aînés d’ici

Comment faire pour que les aînés qui souffrent d’isolement et de solitude puissent recevoir l’aide dont ils ont besoin ? C’est la question que s’est posée le Centre Multi-Ressources de Lachine en 2018. Une question à laquelle répond le réseau Sentinelles en veille. L’objectif est de bâtir une communauté bienveillante pour  favoriser la qualité de vie et l’autonomie des aînés chez eux. 

Grâce à l’engagement de bénévoles, des Sentinelles en veille, 309 personnes de plus de 50 ans ont pu recevoir de la visite en 2020. 

Des besoins importants chez les aînés de Lachine 

« Il y a une chose que je trouve dure en vieillissant, c’est la solitude” constate une Lachinoise qui bénéficie de ce service depuis presque 2 ans. L’existence des Sentinelles en veille a complètement changé son quotidien pour le meilleur : “Je sens qu’il y a un entourage qui écoute. Je me sens accompagnée. Je me sens privilégiée puis je me trouve chanceuse” explique-t-elle avant d’ajouter “C’est comme si j’avais une petite famille.»

C’est pour répondre aux besoins mis en lumière par 85 entrevues auprès d’aînés de Lachine que l’initiative a vu le jour en mai 2018. Le constat était clair : beaucoup de gens d’ici ne connaissaient pas les ressources à leur disposition et pour certains de ces aînés, fierté et orgueil venaient freiner les demandes d’aide.

Déjà criants avant la pandémie, les besoins n’ont cessé d’augmenter avec les mois d’isolement. Une confirmation sans équivoque de la pertinence des Sentinelles en veille.

Un réseau de plus de 130 Sentinelles en veille 

C’est dans le quotidien des aînés que les 130 bénévoles font une différence. Que ce soit à l’épicerie, dans  la rue ou en travaillant dans leur jardin, ces citoyens ont comme mission de rester attentifs et à l’écoute des aînés en situation vulnérable.

Pour l’une des Sentinelles en veille de Lachine qui a souhaité garder l’anonymat, cette mission prend la forme d’accompagnement aux rendez-vous médicaux. Dans son cas, c’est un échange : «On donne à la vie, puis la vie nous redonne des bonnes choses. »

Sentiment d’accomplissement et de fierté mais aussi reconnaissance de la part des personnes qu’elle soutient sont les plus belles récompenses pour cette bénévole de Lachine.

Les Sentinelles en veille ? Des personnes RARE !

Coordonnateur du volet aîné et du projet Sentinelles en veille au Centre multi-ressources de Lachine, Jean Dumas explique l’acronyme RARE qui représente la mission des bénévoles : Repérer, Approcher, férer.  “Les sentinelles sont des personnes qu’on dit RARE”. Une Sentinelle en veille doit d’abord observer les aînés et rester vigilante pour repérer ceux qui présentent des signes de vulnérabilité. Elle doit ensuite savoir comment approcher un aîné, présenter comme Sentinelle et les référer à l’équipe qui peut les accompagner.

C’est par le biais d’un dépliant que le bénévole demande à l’aîné son consentement à fournir ses coordonnées afin qu’un intervenant de l’équipe du centre puisse le contacter. L’occasion pour l’aîné d’exprimer ses préoccupations et ses problèmes. Une variété de besoins peut être prise en charge : alimentaires, affectifs, d’accompagnement des tâches administratives, de soutien en lien avec des soins de santé et plus encore. Dans tous les cas, l’équipe veille à référer l’aîné à des services gratuits et accessibles.

Des Sentinelles en veille à Lachine, à Pointe-Claire et bientôt à LaSalle

Soutenu par la table des 50 ans et plus de Dorval-Lachine et inspiré du Réseau Actif de Dépistage des Aînés à Risque (RADAR) en Montérégie, le réseau Sentinelles en veille regroupe trois organismes partenaires dans le sud-ouest de l’Île de Montréal : le Centre Multi-Ressources de Lachine, la Petite Maison St-Pierre et Parrainage Civique de la Banlieue Ouest de Montréal.

Quai 34 à Lachine sur des eaux calmes
Le phare du Quai 34 à Lachine : une autre sentinelle…
Crédit photo : Karine Joly

Grâce à une aide financière annuelle de 150 000 $ du programme Québec Ami des Aînés pour 2020-2022, le projet a pu prendre de l’ampleur. Initialement basé à Lachine, le réseau s’est ainsi étendu depuis avril dernier avec plusieurs bénévoles à Pointe-Claire. Un développement rendu possible par le partenariat avec l’organisme Parrainage Civique de la Banlieue Ouest de Montréal, couvrant les arrondissements de Ste-Anne de Bellevue jusqu’à LaSalle.

Lors de notre entrevue téléphonique, Jean Dumas explique l’importance de développer le pont intergénérationnel. Avec une moyenne d’âge actuelle d’environ 50 ans chez les bénévoles, il  faut encourager l’implication de la jeunesse, car le potentiel d’interactions est très riche entre les générations. 

Dans la prochaine année, le réseau de Sentinelles en veille devrait d’ailleurs s’associer au mouvement de gériatrie sociale, proposé entre autres par la fondation AGE. L’idée viserait à ce que les personnes côtoyant les aînés puissent aussi agir, au besoin, comme relais entre les services communautaires et le réseau de la santé.

Si vous avez le bien-être des aînés à cœur, le réseau de Sentinelles en veille cherche toujours à agrandir son équipe de bénévoles. Après une formation d’environ une heure et trente minutes pour apprendre, entre autres, à reconnaître les signes auxquels porter attention et à développer les bonnes attitudes, vous serez prêts à faire une différence dans leur vie !

Pour plus d’informations sur le réseau Sentinelles en veille, contactez Jean Dumas ou Rayya Khairallah au 438-397-5272 ou à intervention.aines@cmrl.ca

La photo en haut de cet article est une photo d’illustration en provenance de CANVA.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 65 896 lecteurs en 10 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Mélissa Gauthier
Ayant grandi dans l’ouest de l’île de Montréal et étudié au Cégep André-Laurendeau à LaSalle, Mélissa a terminé son baccalauréat en psychoéducation. Voyageuse dans l’âme, elle est toujours en train de rêver à sa prochaine aventure. Sa passion pour les relations humaines l’a amenée à œuvrer dans des milieux variés, tels que des organismes communautaires, des milieux scolaires et des milieux familiaux. C’est donc dans un esprit de valorisation de la richesse humaine que s’inscrit son implication auprès de Nouvelles d’Ici.