Parc riverain de LaSalle à l'automne
Actualités Chez nous Consommation Environnement Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Nature Verdun

Que faire de vos feuilles à l’automne : râteau, souffleur à feuilles ou… tondeuse?

Depuis plusieurs années, bon nombre de citoyens ont remplacé leur râteau par un souffleur à feuilles. On n’arrête pas le progrès, me direz-vous ! Mais savez-vous que cet outil de jardin peut avoir des impacts sur les qualités de l’air et de vie de tous ? Dans le contexte des changements climatiques mis en lumière à la COP26, voici de quoi éclairer vos choix de consommation.

Le souffleur à feuilles ? Petit outil mais gros bruit !

Il existe plusieurs modèles de souffleurs à feuilles, mais ils ont tous un point en commun : ils sont très bruyants !

Dans un communiqué de juillet 2018, la ville de Beaconsfield mentionnait que les souffleurs électriques génèrent en moyenne 80 décibels et ceux à essence, jusqu’à 115 décibels ! Des niveaux de bruit bien supérieurs à la limite de 55 décibels recommandée par l’Organisation mondiale de la santé et le Département de santé publique de Montréal. Une exposition prolongée à des sons ayant une intensité sonore supérieure à 100 décibels peut causer des risques sérieux pour l’oreille humaine.

Aussi polluant qu’une voiture !

Albert Mondor du Journal de Montréal explique ainsi dans l’un de ses articles que les moteurs à essence des souffleurs à feuilles émettent plusieurs polluants dans l’air, dont le monoxyde de carbone, en plus grande quantité que les automobiles. Selon l’étude de la California Air Resources Board, une heure d’utilisation de certains modèles de souffleur à feuilles pourrait émettre « autant de pollution qu’une Toyota Camry 2017 parcourant une distance de près de 1 800 kilomètres ! »

Projetant l’air à des vitesses variant entre 240 et 450 kilomètres à l’heure, ces appareils peuvent propulser des particules ultra fines composées de matières fécales, de pollens, de spores de moisissures et de substances chimiques diverses (insecticides, herbicides, fertilisants, etc.). Ces particules sont « jusqu’à dix fois plus fines que les seuils de 2,5 micromètres établis par l’Organisation mondiale de la santé à partir desquels elles provoquent des maladies cardiovasculaires, respiratoires et des cancers » comme le soulignait déjà la Ville de Beaconsfield en 2018.

Réglementation à LaSalle, Lachine et Verdun : jamais dans la rue, mais selon des horaires différents

Lachine à l'automne
Lachine à l’automne – Crédit photo : Nadine Baladi

Dans tous les arrondissements de Montréal, en vertu du Règlement concernant les nuisances, il est interdit de jeter ou « souffler ses feuilles dans la rue ou sur le domaine public », nous confirmait Angélica Ramirez, chargée de communication à l’arrondissement de LaSalle.

Afin de respecter les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) et d’améliorer la quiétude des quartiers, certains arrondissements ont émis des règlements régissant l’utilisation de ces souffleurs à feuilles.

À Verdun, les souffleurs à essence sont interdits et aucun souffleur à feuilles n’est permis durant l’été. La mise à jour 2019 du Règlement sur la propreté, les nuisances et les parcs précise que l’utilisation des souffleurs à feuilles autres qu’à essence est limitée aux périodes entre le 1er avril et le 31 mai et entre le 1er octobre et le 30 novembre. Et pour « garder la paix et la tranquillité environnante », pas après 21 heures.

À LaSalle, tous les types de souffleur à feuilles sont permis. On peut les utiliser entre 9h et 19h, tous les jours de la semaine.

À Lachine, c’est le règlement sur le bruit qui restreint « l’exécution à l’extérieur de travaux au moyen d’un outil bruyant, entre 21h00 et 7h00, dans un endroit situé à moins de deux mille (2 000) pieds d’une habitation », confirme Lydia Alder, chargée de communication de l’arrondissement.

La canopée, le couvert des arbres
Une fois tombées, on fait quoi avec les feuilles ? – Crédit photo : Karine Joly

Quelles autres options pour gérer les feuilles ?

Le feuillicyclage et le compostage sont deux autres solutions pour vos feuilles à l’automne.

Le feuillicyclage

Verdun à l'automne
Verdun à l’automne – Crédit photo : Karine Joly

Le feuillicyclage consiste à déchiqueter les feuilles mortes avec votre tondeuse, au lieu de les ramasser à l’automne. En plus de demander moins d’efforts, cette méthode offre un engrais naturel pour enrichir votre gazon et vos plates-bandes.

Le déchiquetage accélère le processus de décomposition des feuilles. Les feuilles fournissent alors les minéraux nécessaires aux végétaux pour passer l’hiver et repartir avec vigueur au printemps. Elles viennent aussi enrichir la couche de matière organique, diminuant ainsi la sensibilité du gazon à la sécheresse et les besoins en arrosage. Enfin, le feuillicyclage permet de diminuer les coûts reliés à l’enfouissement et même à la gestion des résidus verts.

L’arrondissement de LaSalle pratique d’ailleurs le feuillicyclage dans ses parcs. « Pour faciliter et accélérer la décomposition des feuilles déchiquetées, nos tondeuses sont munies de lames déchiqueteuses. Les feuilles se décomposent en deux à trois jours, selon les conditions climatiques », explique Caroline Elliott, chargée de communication de LaSalle, dans un courriel.

Le compostage

Tous les arrondissements de Montréal offrent aux citoyens la collecte des résidus verts et des feuilles mortes. Certains arrondissements ramassent puis compostent aussi les feuilles de leurs parcs. « À Lachine, nous ramassons et broyons les feuilles mortes de nos parcs pour ensuite les acheminer vers un centre de compostage », indique Lydia Alder.

Ce riche compost sera ensuite utilisé pour les travaux horticoles des arrondissements et redonné aux citoyens deux fois par année.

Quand se font les collectes des résidus verts et feuilles mortes à Verdun, LaSalle et Lachine ?

Les contenants acceptés pour vos feuilles sont : les contenants rigides réutilisables, les sacs en papier et les boîtes de carton, non souillées et non cirées. Les sacs en plastique sont interdits.

LachineLaSalleVerdun
Jour de collecteMercredisMercredisMercredis
Dates14 avril au 8 décembre21 avril au 24 novembre28 avril au 1er décembre

À Lachine, les feuilles peuvent être mises dans le bac brun des matières organiques.

Vérifier auprès de vos arrondissements, car des spécificités s’appliquent.

La photo du parc riverain à LaSalle en haut de cet article a été prise par Karine Joly.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 88 425 lecteurs en 12 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Céline Belzile
Résidente du Bronx depuis 20 ans, Céline et son mari Claude y ont élevé leurs deux garçons. Biologiste et spécialiste en environnement de formation, Céline a travaillé pour Hydro-Québec pendant 25 ans, à titre de chargée de projets et gestionnaire. Elle a siégé sur plusieurs panels lors de consultations publiques de grands projets hydroélectriques. Elle considère que la participation citoyenne et la communication sont au cœur du dynamisme d'un quartier.