Jeune femme prostrée qui a peur
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Arrondissements LaSalle Municipal Urbanisme

Maison Marie-Claire Kirkland-Casgrain à LaSalle pour lutter contre la violence conjugale: bientôt l’ouverture d’une ressource d’urgence

Le projet de la Maison Marie-Claire Kirkland-Casgrain (MCKC) à LaSalle pour les personnes confrontées à la violence conjugale est en marche depuis 3 ans et comporte plusieurs volets. Mais, son service d’accès externe d’urgence, son premier volet, devrait bientôt être accessible aux personnes en danger face à la violence conjugale.

Victime de violence conjugale ?

  • Si vous êtes en danger immédiat, n’hésitez jamais à composer le 9-1-1. Les policières et policiers sont formés pour cette situation et peuvent intervenir 24/7.
  • Si vous avez besoin d’aide ou de conseils, vous pouvez contacter Violence info (418 667-8770) ou SOS violence conjugale (1 800 363-9010).

Le développement et l’ouverture de ce service, disponible 24h sur 24, est prévu pour l’automne 2024 ou l’hiver 2025, indique Johanne Richards, présidente du conseil d’administration (CA) de la Maison MCKC, lors d’une entrevue avec Nouvelles d’Ici.

« Nous regardons des lieux pour un service d’urgence, un appartement ou une maison, peu importe le lieu, avec deux chambres pour accueillir cinq personnes, deux à trois femmes avec leurs enfants. On entame aussi le processus pour engager des intervenantes dans les prochains mois », affirme-t-elle.

Le projet a plusieurs composantes. La recherche d’une bâtisse de 12 à 20 chambres est toujours en cours, mais aucune date d’ouverture n’est fixée pour le moment, puisque le travail préalable se poursuit avec l’Arrondissement de LaSalle et le gouvernement du Québec.

« Nous sommes toujours en attente du financement du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). La maison MCKC, actuellement en phase de démarrage, fait partie des quatre nouvelles maisons priorisées par le MSSS. Nous avons envoyé notre plan de développement et nos prévisions budgétaires au ministère en novembre 2023 », tient à préciser Johanne Richards.

Elle ajoute avoir été informée à plusieurs reprises que la lettre annonçant le financement par entente spécifique était en circulation au sein du ministère pour signature.

« On travaille de pair avec l’Arrondissement qui est très intéressé et engagé dans le projet. C’est sûr que pour le financement, c’est 96 % d’une maison qui est financée par les arrondissements et les gouvernements provincial et fédéral », mentionne Mme Richards en ajoutant que le budget de fonctionnement annuel pourrait atteindre entre 2,5 et 5 M$ pour une maison d’hébergement.

De nouvelles administratrices se sont d’ailleurs jointes à l’organisme lors du CA du mois de juin et pourront, entre autres, développer des stratégies pour les campagnes de financement. De plus, une coordonnatrice a été engagée au mois de mai.

Durant la dernière année, le CA a multiplié les rencontres pour faire avancer le projet et un compte en banque a été ouvert en vue d’être pleinement autonome. Destination Travail, fiduciaire de l’organisme dès ses débuts, offre gracieusement un bureau et des espaces de réunion.

« Les valeurs qui sous-tendent la Maison sont l’inclusivité, le bien-être et l’autonomisation. Avoir un lieu sain et sauf pour permettre de se guérir, parce que la violence conjugale a des effets atroces sur une personne, mais aussi de se déposer pour se reconstruire », affirme la présidente du CA en ajoutant que la gestion de l’organisme est naturellement féministe.

Un long processus

Les premières discussions autour de l’ouverture d’une maison d’accueil ont eu lieu à l’été 2019. Durant la pandémie, les personnes intéressées ont multiplié les rencontres sur Zoom pour créer un organisme à but non lucratif, des règlements, le CA, etc.

Durant cette période, elles ont, entre autres contacté d’autres maisons d’hébergement et le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale ainsi que la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes pour obtenir des conseils et s’imprégner des bonnes pratiques.

La photo en haut de cet article provient de CANVA.


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.

Pourquoi laisser Facebook décider si les nouvelles d'ici sont importantes pour vous ?Abonnez-vous à notre infolettre gratuite du vendredi pour continuer de vous informer sur l'actualité et les activités de votre quartier à Lachine, LaSalle, Verdun-IDS et dans le Sud-Ouest !
Carl Sincennes, Initiative de journalisme local
En tant que journaliste, Carl couvre les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l’Initiative de journalisme local. Il couvre l'actualité du sud-ouest de Montréal depuis 2019. Après avoir fait ses classes dans plusieurs stations régionales de Radio-Canada au pays, il a été journaliste pour le Messager LaSalle (devenu Métro LaSalle, durant son passage) et la radio CKVL, avant de rejoindre Nouvelles d’Ici. Carl a un baccalauréat en journalisme de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Intégrer l’équipe de Nouvelles d’Ici était donc pour lui la suite naturelle des choses.