Plusieurs photos d'archives du Centre des femmes de Verdun
Actualités Affaires d'ici Communautaire Île-des-Soeurs Social Une Verdun

Le Centre des femmes de Verdun d’hier à aujourd’hui

Pourquoi laisser Facebook décider si les nouvelles d'ici sont importantes pour vous ?Abonnez-vous à notre infolettre gratuite du vendredi pour continuer de vous informer sur l'actualité et les activités de votre quartier à Lachine, LaSalle, Verdun-IDS et dans le Sud-Ouest !

Article mis à jour le 8 mars avec quelques corrections, dont le «Havre des familles fières», plutôt que le «Havre des Femmes».

C’est en 1981 qu’a été fondé le Centre des femmes de Verdun (CFV). De nombreuses luttes ont jalonné son histoire et d’autres sont encore à prévoir, mais sa mission est toujours de faire valoir les droits des femmes et des autres personnes ne s’identifiant pas comme des hommes cisgenres*.

« Le CFV, c’est un lieu d’implication pour la communauté, c’est un lieu qui se veut accueillant, inclusif et féministe, où les femmes peuvent s’impliquer dans des initiatives qui leur sont propres, des espaces qui peuvent être utilisés par la communauté », dit l’intervenante communautaire, Emmanuelle Bonneau-Lebleu avant d’ajouter que c’est un espace pour briser l’isolement et parler à des travailleuses communautaires.

Dans une perspective d’action collective, le CFV est aussi un vecteur de luttes sociales.

« C’est un lieu de prise de conscience pour beaucoup de femmes. Cet espace dans lequel, elles peuvent s’investir et rencontrer de nouvelles personnes, c’est un espace qui permet de faire des prises de conscience individuelles et collectives », renchérit-elle.

Plusieurs activités sont gérées par des intervenantes et d’autres par des membres (yoga et méditation, par exemple). Certains comités, comme celui d’art-mobilisation, sont aussi mis en place par des membres.

« Ce n’est pas une approche clientéliste dans laquelle on donne un service, mais c’est vraiment un espace à investir », précise l’intervenante communautaire.

Contrairement à certaines croyances populaires, le centre ne s’adresse pas uniquement aux femmes aux prises avec la violence conjugale, mais bien à toutes les femmes et tous les membres de la diversité de genre.

Né de la mobilisation de 8 femmes

Le CFV a été incorporé officiellement en 1981, mais l’idée est née quelques années plus tôt.

Huit Verdunoises se sont mobilisées autour de la fermeture d’une école pour la transformer en un espace communautaire. Elles provenaient de la garderie communautaire de Verdun. Ce bâtiment a accueilli le premier centre des femmes de Verdun. 

« Les membres fondatrices nous racontaient les débuts où il y avait des occupations devant l’école, des mamans qui allaitaient sur les escaliers de cette école-là durant des jours. Au départ, c’était juste des femmes qui voulaient se rencontrer et pouvoir en aider d’autres », relate Emmanuelle Bonneau-Lebleu.

Avec le temps, l’obtention de financement a permis d’embaucher des travailleuses communautaires.

Deux coopératives d’habitation sont nées grâce à des rencontres tenues au centre : le Rêve bleu et le Havre des familles fières. Une halte-garderie a aussi été créée.

Selon Mme Bonneau-Lebleu, plusieurs luttes ont été menées par le CFV, notamment face à la violence conjugale, la pauvreté, le droit et l’accès à l’avortement, ainsi que l’accessibilité aux services pour les lesbiennes.

Le CFV : ensemble pour être plus fortes

Aujourd’hui, le CFV veut agir sur, entre autres, le droit au logement et le manque de ressources pour les femmes victimes de violence conjugale. Le CFV travaille aussi sur le féminisme intersectionnel et les droits des personnes sans statut.

S’il accueille bien évidemment des membres de Verdun, il est ouvert à toutes les personnes concernées par sa mission résidant à Lachine, LaSalle ou ailleurs.

Pour Emmanuelle Bonneau-Lebleu, la Journée internationale des droits des femmes est importante, mais on devrait parler des droits des femmes durant toute l’année.

« La façon dont cette journée-là est abordée de nos jours contraste beaucoup avec d’où elle est partie. C’est politique comme journée. Ça ne devrait pas l’être, mais c’est devenu commercial ».

*cisgenre : se dit d’une personne dont l’identité de genre est en adéquation avec le sexe assigné à sa naissance.

La photo en haut de cet article est une combinaison de plusieurs photos d’archives du Centre des femmes de Verdun incluant, une assemblée de 1981 (en noir et blanc) et d’une manifestation de 1990.


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.


Dernières nouvelles d’ici


L’information locale, c’est important pour vous ?

Saviez-vous que vous pouvez vous impliquer dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 199 135 lectrices et lecteurs en 2023 avec une équipe majoritairement composée de bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise, un commerce ou un organisme, devenez un Partenaire d’Ici pour vous faire connaître des milliers de personnes qui nous lisent chaque semaine tout en aidant à assurer la viabilité de notre journal à but non lucratif.

Carl Sincennes, Initiative de journalisme local
En tant que journaliste, Carl couvre les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l’Initiative de journalisme local. Il couvre l'actualité du sud-ouest de Montréal depuis 2019. Après avoir fait ses classes dans plusieurs stations régionales de Radio-Canada au pays, il a été journaliste pour le Messager LaSalle (devenu Métro LaSalle, durant son passage) et la radio CKVL, avant de rejoindre Nouvelles d’Ici. Carl a un baccalauréat en journalisme de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Intégrer l’équipe de Nouvelles d’Ici était donc pour lui la suite naturelle des choses.