Le fleuve et ses rapides à LaSalle
Actualités Affaires d'ici Communautaire Environnement LaSalle Le Bronx Nature

Héritage Laurentien a gardé le cap en 2020-2021 – malgré la pandémie

Héritage Laurentien a su maintenir le cap en 2020-2021, malgré la pandémie et les consignes sanitaires en place au parc des Rapides à LaSalle.

Tout comme l’an dernier, son assemblée générale annuelle s’est tenue en vidéoconférence, le 24 novembre dernier.

Bien implanté à LaSalle depuis 1994, l’organisme se voue à la protection et la mise en valeur des milieux naturels ainsi qu’à la sensibilisation et l’éducation en environnement. Son nouveau logo met aujourd’hui l’emphase sur le grand héron, oiseau phare du parc des Rapides.

Un budget de 631 190$ et 41 postes maintenus malgré la pandémie !

Héritage Laurentien Logo
Nouveau logo d’Héritage Laurentien
Crédit photo : HL

« Nos actifs nets sont en croissance, on s’en va dans la bonne direction » explique Kevin Kaiser, membre du conseil d’administration.

Entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021, le budget total s’élevait à 631 190 $. Les revenus proviennent essentiellement des subventions dédiées à des projets précis (82%), des camps de jour (13%) et des contrats spéciaux (5%).

Mais la pandémie et les consignes sanitaires ont eu un impact important sur les activités de bénévolat corporatif. Aucune n’a pu se tenir cette année. « Le manque à gagner en contribution-nature est estimé à environ 100 000 $ » explique M. Di Fiore, directeur général d’Héritage Laurentien. En termes d’actions sur le terrain, « c’est une très grande perte pour nous ».

La principale préoccupation de M. Di Fiore durant la pandémie aura été de maintenir en emploi les 41 employés d’Héritage Laurentien. Tout un défi quand on sait que l’accès aux jetées du parc des Rapides a été fermé durant 131 jours !

« Tous les employés ont été maintenu en place » indique fièrement le gestionnaire en expliquant que les équipes ont été réaffectées à des projets d’assistance avec l’arrondissement de LaSalle et les organismes partenaires.

Quel avenir pour la carmantine d’Amérique ?

Pour Simon Octeau, trésorier de l’organisme « les programmes de recherche sur la carmantine d’Amérique et la sterne pierregarin sont les projets « signature » d’Héritage Laurentien.

Après quatre années d’effort, les populations de carmantine sur l’île Rock se portent bien. Mais la subvention fédérale, qui permettait depuis 2017 de protéger cette plante rare et menacée, a pris fin en mars 2020.

Héritage Laurentien s’inquiète de l’avenir de la carmantine sur l’île Rock sans la présence d’un agent de sensibilisation dans les années à venir. « On cherche vraiment des stratégies de financement qui perdurent dans le temps » indique Jason Di Fiore.

Parmi les nouveaux projets : percées visuelles, école du fleuve et corridor écologique du Grand Sud-Ouest

Grâce à sa collaboration avec l’arrondissement de LaSalle, Héritage Laurentien a obtenu le mandat d’aménagement des percées visuelles le long du fleuve, au parc des Rapides. Ce mandat s’ajoute à celui du contrôle de la renouée japonaise, une plante exotique très envahissante.

Le kiosque sur les mégots au parc des Rapides – crédit photo : Camille Marquet (HL)
Le kiosque du camp Éco-Héros sur les mégots – crédit photo : Camille Marquet (HL)

Une entente avec l’école des Saules-Rieurs a été signée pour initier un programme « École du fleuve » projet piloté par Virginie Michaux, coordonnatrice de l’éducation en environnement. Cette dernière gère aussi les camps de jour nature incluant le tout-nouveau camp Éco-Héros que Nouvelles d’Ici avait présenté dans l’un des nos articles. « Un véritable succès cette année encore » estime Mme Michaud. « La demande dépassait la capacité d’accueil pour la majorité des camps » confirme M. Di Fiore.

Dans le cadre du budget participatif de la Ville de Montréal, le projet de « corridor écologique du Grand Sud-Ouest », déposé par Héritage Laurentien avec d’autres partenaires, a été retenu.

Pour l’avenir, Jean-François Belzile, président de l’organisme, rêve d’un plus grand maillage entre le Cégep André-Laurendeau et Héritage Laurentien, pour la recherche et l’éducation relatives à l’environnement, « missions communes aux deux organisations » explique-t-il.

Une équipe qui allie continuité et changement

Vingt ans d’implication dans une OBNL, c’est digne de mention ! Le conseil d’administration a d’ailleurs voulu souligner les vingt ans d’implication de Monsieur Di Fiore avec Héritage Laurentien et le remercier pour le formidable travail accompli.

Deux nouveaux administrateurs joignent les rangs du conseil d’administration cette année. Il s’agit de Gabrielle Gingras et Vincent Bilodeau. M. Belzile* continue d’assurer la présidence alors qu’Alexandre Beaudoin, Kevin Kaiser et Simon Octeau poursuivent leur mandat.

Depuis le 15 septembre, Anne-Sophie Lemay est la nouvelle coordonnatrice de l’écoquartier de LaSalle, ouvert du mardi au jeudi, de 13h à 19h30.

* l’autrice, Céline Belzile, de cet article n’a aucun lien de parenté avec Jean-François Belzile, mais est membre d’Héritage Laurentien.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Céline Belzile
Résidente du Bronx depuis 20 ans, Céline et son mari Claude y ont élevé leurs deux garçons. Biologiste et spécialiste en environnement de formation, Céline a travaillé pour Hydro-Québec pendant 25 ans, à titre de chargée de projets et gestionnaire. Elle a siégé sur plusieurs panels lors de consultations publiques de grands projets hydroélectriques. Elle considère que la participation citoyenne et la communication sont au cœur du dynamisme d'un quartier.