Assemblée publique pour les municipales à Verdun
Actualités Affaires d'ici Île-des-Soeurs Municipal Municipales 2021 Politique Verdun

Débat des municipales 2021 à Verdun : Marie-Andrée Mauger, Jayoti Nanda et Antoine Richard sur les enjeux d’ici

Plus de 160 citoyennes et citoyens (ainsi qu’une trentaine de personnes en virtuel) ont répondu à l’appel mardi soir au Quai 5160 à Verdun. Un appel lancé par trois organismes (Demain Verdun, le Comité d’action des citoyennes et citoyens de Verdun – CACV et SNAP Québec) pour permettre aux gens de Verdun d’en apprendre plus sur tous les candidats et les candidates et de leur poser des questions avant le scrutin des élections municipales du 6 et 7 novembre.

La rencontre a duré près de 3 heures, Nouvelles d’Ici a choisi de vous présenter les points suivants dans ce compte-rendu (environ 8 minutes de lecture)

Présentation des candidats et candidates pour commencer

Animée avec brio, finesse et humour par Francine Gravel, cette assemblée publique a consacré une première demi-heure à la présentation de toutes les personnes se présentant aux 7 postes à pourvoir à Verdun.

Seuls Eric McCarty (Mouvement Montréal)  et Jean-Pierre Boivin (Indépendant) n’étaient pas présents mardi soir. Ce sont d’ailleurs 2 autres candidats indépendants qui ont ouvert le bal. Si Alain Bossé a expliqué qu’il se présentait pour les citoyens avant d’inviter les gens à visiter son site, Rosalie Bélanger-Rioux a choisi d’inviter l’assistance à se lever pour s’opposer à la spéculation sur le marché immobilier, le fait que “des sans-abris dorment dans la rue pendant que la ville permet de construire des condos de luxe” et l’absence de contraintes dans la vision urbanistique Hickson-Dupuis pour favoriser le logement social.

Les trois équipes affiliées aux grands partis en lice pour les municipales ont poursuivi  la présentation de leurs candidats et candidates dans l’ordre suivant Ensemble Montréal, Mouvement Montréal et Projet Montréal.

Une fois ces présentations (que vous pouvez visionner sur l’enregistrement vidéo) terminées, les 3 personnes en course pour la mairie de Verdun, Marie-Andrée Mauger (Projet Montréal), Jayoti Nanda (Mouvement Montréal) et Antoine Richard (Ensemble Montréal) ont pris place sur la scène pour répondre aux questions préparées par 6 organismes de Verdun.

Quels plans pour répondre à la crise du logement à Verdun ?

Le CACV a choisi de demander comment tous comptaient assurer une meilleure protection des locataires à Verdun et aider au développement de logements sociaux pour répondre aux besoins de plus de 3000 ménages verdunois en attente.

Pour M. Richard, la solution passe par l’augmentation de l’offre de logements pour faire baisser la pression des prix à la hausse. “On a besoin d’en construire. Et limiter la densification, c’est aussi limiter l’offre” a-t-il souligné avant d’ajouter qu’il fallait donner des outils aux organismes communautaires pour faire des acquisitions tout en limitant la densification des condos.  

Mme Nanda a rappelé que le problème se situe au niveau du fédéral, le palier de gouvernement responsable de la construction de logements sociaux. Comme “c’est plus payant de faire des condos que des logements abordables”, le gouvernement doit agir auprès des propriétaires pour favoriser l’accès à des logements sociaux pour les aînés, les familles, les étudiants et les nouveaux immigrants. Mme Nanda a aussi évoqué l’instauration d’une “taxe de maintenance” comme piste de solution.

Consciente de l’enjeu que sont la protection des locataires et la construction de nouveaux logements sociaux à Verdun, Mme Mauger a énuméré ce que le conseil d’arrondissement actuel avait fait pour faire face à la crise du logement à Verdun : interdiction des subdivisions, protection des maisons de chambres, moratoire sur les transformations de plex en condos indivises ainsi que l’instauration du Règlement pour une métropole mixte à l’échelle de la Ville de Montréal qui va garantir que 20% des nouveaux logements construits dans le cadre du PPU de l’Île-des-Soeurs seront des logements sociaux. Mme Mauger a aussi mentionné l’intention de créer une certification “propriétaire responsable” (8 unités et plus) et une modification de la taxe de mutation pour décourager les flips sur le marché immobilier.

Comment améliorer les conditions de vie des femmes et des personnes de la diversité de genre à Verdun ?

La question du Centre des femmes de Verdun (CFV) portait sur les engagements des 2 candidates et du candidat pour améliorer les conditions de vie des femmes et des personnes de la diversité de genre.

Abordant la situation qui avait poussé le CFV de déménager dans ses locaux temporaires de l’église Notre-Dame-Des-Sept-Douleurs quand son loyer mensuel était passé de 3200$ à 8000$, Mme Nanda a expliqué qu’il faudrait s’assurer que tous les organismes puissent avoir des locaux dans les centres communautaires à des loyers abordables pour leur permettre de poursuivre leur travail.

Mme Mauger a rappelé que les femmes et les personnes de la diversité de genre étaient confrontées à beaucoup d’enjeux, notamment en matière d’habitation et de sécurité, avant de souligner qu’il était important qu’elles soient représentées à tous les paliers du gouvernement pour que leurs défis soient mieux pris en compte lorsque des décisions les concernant sont prises.

C’est dans un meilleur financement des organismes communautaires chargés de les aider que M. Richard voit la solution. Un financement qui, selon lui, devrait se faire sur 3 années consécutives pour apporter de la sécurité financière au milieu. Il a aussi abordé l’importance du mentorat des femmes par des femmes pour montrer qu’il est possible de se sortir de situations difficiles.

Quels plans pour protéger la biodiversité, les berges et les arbres de Verdun ?

La troisième question, posée par SNAP Québec, était une invitation aux candidats à la mairie de Verdun à partager leurs intentions pour protéger la biodiversité et les berges mais aussi augmenter l’indice de canopée à Verdun.

Siégeant au conseil depuis 2013, Marie-Andrée Mauger a fait remarquer que plusieurs actions concrètes avaient été déjà mises en place. “Nous avons planté 900 arbres à Verdun dans le boisé de l’île-des-Soeurs et dans 2 micro-forêts” a-t-elle rappelé avant d’ajouter qu’il existait maintenant une dizaine de zones naturalisées dont la surface totale était passée de 20 000 m2 en 2016 à 70 000 m2 aujourd’hui. La création d’un plan de gestion des berges est aussi l’un des projets de son équipe pour le prochain mandat.

Antoine Richard a insisté sur le fait qu’il est important d’avoir une vue globale en rappelant que son équipe propose qu’il n’y ait “plus une rue sans arbre” à Verdun et ailleurs à Montréal. “Les mini-forêts, c’est bien, mais c’est limité” a-t-il dit avant de proposer que des arbres de différentes essences soient plantés dans les rues et les stationnements afin de réduire les îlots de chaleur. Pour lui, il est aussi primordial de promouvoir l’agriculture urbaine en plantant, par exemple, des arbres fruitiers au bord du boulevard Champlain comme discuté lors d’une rencontre avec l’organisme Grand Potager.

Jayoti Nanda a expliqué que la protection des espaces verts et des berges était importante pour son équipe. Pour elle, l’environnement est important. Un environnement qu’il faut protéger à Verdun contre les déchets. La plupart des gens qu’elle a rencontrés dans l’arrondissement lui ont dit qu’il y a beaucoup trop de déchets et que les poubelles sont pleines. “Il faut encourager le zéro-déchet” a-t-elle insisté en expliquant qu’une bonne gestion des déchets permettra aussi de protéger les berges.

Quels engagements pour assurer plus de transparence des comités consultatifs où siègent des citoyens tel que le CCU à Verdun ?

C’est le comité démocratie de l’organisme citoyen Demain Verdun qui posait la quatrième question de la soirée. Une question invitant les candidats à s’engager à rendre les comités consultatifs sur lesquels siègent des citoyens et citoyennes (urbanisme, mobilité, circulation, etc.)  plus transparents dans leur composition et leur fonctionnement.

Marie-Maude Mauger, Antoine Richard et Jayoti Nanda
Marie-Andrée Mauger, Antoine Richard et Jayoti Nanda – Crédit photo : Carole Daoust

Expliquant qu’il avait déjà présenté des dossiers au comité consultatif d’urbanisme (CCU), M. Richard dit qu’il y a “une grande opacité” dans son fonctionnement quand il compare ce qui peut se faire dans d’autres instances (CPE, comité de parents des écoles) qui font des rapports annuels sur leurs activités. Il a suggéré que les réunions de ces comités soient diffusées sur le Web et la liste de leurs membres publiée.

Mme Nanda a renchéri en disant que la transparence était le propre de la jeune génération dont elle fait partie. Pour elle, il est important de s’assurer que les décisions se prennent en toute transparence pour pouvoir permettre au plus grand nombre de s’impliquer. “La plupart des gens ne sont pas intéressés car ils ne sont pas inclus” a-t-elle lancé.

Mme Mauger a acquiescé en expliquant que de faciliter l’accès à cette information était un souhait de ce mandat, mais que c’était plus complexe avec certains défis de l’ancien site web et… du nouveau. “Nous avons introduit de nouveaux comités qui sont encore en rodage” a-t-elle dit avant de confirmer qu’il était important que des bilans annuels soient accessibles au public pour tous ces comités. “Nous voulons casser cette impression d’opacité en donnant un nouveau rôle aux séances du conseil d’arrondissement en y faisant des présentations aux citoyens”. 

Comment favoriser l’intégration des immigrants à Verdun ?

La question du CSAI concernait les programmes d’action des candidats pour faciliter l’intégration de nouveaux arrivants.

Mme Nanda a déclaré qu’il n’y avait pas assez de programmes d’aides pour les immigrants. Poursuivant sa réponse en anglais, elle a aussi ajouté qu’il était important de pouvoir avoir des garderies proches des cours de francisation afin de permettre aux femmes d’y assister. 

Mme Mauger a rappelé que les programmes de garderie ou de halte-garderie étaient financés au niveau provincial, mais que le municipal pouvait jouer un rôle de facilitateur. Elle a suggéré de remettre sur pied la Table de concertation interculturelle de Verdun. Alors que 25% de la population de Verdun et même 40% de celle de  l’Île-des-Soeurs n’est pas née au Québec, Mme Mauger a expliqué que son équipe se penchera sur le rôle que peuvent jouer les bibliothèques dans l’intégration des nouveaux Verdunois.

M. Richard a commencé sa réponse en partageant son expérience personnelle d’immigrant. “Quand on arrive, il faut tout réapprendre. C’est sûr quand venant de France, la langue n’était pas une barrière pour moi et que c’est encore plus difficile pour les autres”. Il croit aussi que les bibliothèques et les organismes font partie de la solution qu’il faudra trouver ensemble.

Quel plan pour diminuer la production des gaz à effet de serre (GES), réduire l’usage de la voiture et promouvoir le transport actif ?

La dernière question a invité les candidats à la mairie à partager leur “plan pour diminuer la production de GES, décourager l’usage de l’automobile et encourager les transports en commun et le transport actif.”

L’occasion pour Marie-Andrée Mauger de mentionner le Plan climat Montréal, adopté récemment par la Ville, qui vise à réduire de 55% les GES d’ici 2030 et à atteindre la carboneutralité en 2050. Elle a partagé brièvement le bilan du présent conseil d’arrondissement en la matière, mentionnant l’augmentation du transport actif par la mise en place d’aménagements sécuritaires autour des écoles, des corridors vélos et même de la piétonnisation de Wellington ainsi que de l’arrivée en 2022 du REM sur l’Île-des-Soeurs avec la refonte prévue des lignes de bus. Dans son rôle d’administratrice à la STM, Mme Mauger a directement travaillé sur cet aspect. Selon elle, la réduction des GES passera aussi par des investissements pour réduire l’empreinte carbone du parc immobilier et le zéro-déchet.

Rappelant que la Ville de Montréal possède l’un des plus grands parcs foncier et roulant d’ici, Antoine Richard a dit qu’il faudra donner l’exemple avant d’imposer des limites aux autres. “On ne veut pas décourager l’auto, mais plutôt encourager les autres modes en le rendant plus efficaces,” a-t-il dit avant d’ajouter que c’est la raison pour laquelle son équipe préconise la mise en place d’un pont de service entre Verdun Terre-Ferme et IDS, une solution pour les générations futures.

Jayoti Nanda a partagé une suggestion récente du chef de son parti  dans sa réponse : l’installation de rack à vélo dans les autobus. En encourageant le zéro-déchet et l’agriculture urbaine, il sera possible de garder les gens en santé tout en contribuant à réduire l’impact des GES. 

13 questions du public à découvrir sur la vidéo 

Après avoir répondu aux questions des organismes, les 3 candidats ont pu passer aux questions du public (environ 1 heure et 30 minutes après le début de l’enregistrement). 

Ce sont 13 questions au total qui ont été posées par des citoyennes et citoyens dans l’assistance incluant une personne suivant l’assemblée en direct sur Facebook.

Voici les sujets abordés dans ces questions :

  1. Une situation de rénoviction menaçant 8 locataires de la rue Godin (1h29)
  2. La récente multiplication des itinérants dans l’arrondissement (1h37)
  3. L’absence de gratuité des spectacles à Quai 5160 en dépit de son statut de maison de la culture, un cas unique dans la Ville de Montréal selon la citoyenne (1h42)
  4. L’absence de construction de HLM malgré les besoins immenses à Verdun (1h47)
  5. La tarification sociale du transport en commun pour aider les gens dans le besoin (1h52)
  6. Est-ce que la population de Verdun peut faire confiance à M. Antoine Richard pour s’occuper des questions de logement et de façon générale sur la question d’éthique après l’article du Journal de Montréal à son sujet (1h57)
  7. Les services pour les personnes qui font face à des problèmes de santé mentale (2h03)
  8. La lutte contre les canicules à cause du réchauffement climatiques (2h08)
  9. La protection des organismes de Verdun et de leurs locaux (2h12)
  10. Une autre rénoviction (2h18)
  11. La sécurité des femmes et des personnes de la diversité de genres dans les rues de Verdun (2h23)
  12. Le problème de la gestion des déchets envoyés au dépotoir notamment avec les circulaires distribuées (2h28)
  13. L’impact de l’installation d’une passerelle ou d’un pont de service entre TF et IDS (2h31)

L’assemblée s’est terminée par une courte allocution de chacun des candidats près de trois heures après avoir commencé.

Vous pouvez visionner la totalité ou une partie sur Facebook.

La photo en haut de l’article est une composition entre une capture d’écran de l’enregistrement de l’assemblée publique et une photo des 3 candidats à la mairie de Verdun prise par Carole Daoust.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 88 425 lecteurs en 12 mois avec une équipe à 100% bénévole.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou nous aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine y a fondé sa famille et son centre de formation en ligne pour les professionnels du digital dans les universités. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été la rédactrice en chef de la section "Cities & Towns" d'une grande dot com américaine à New York. C'est la pandémie qui l'a amenée à lancer Nouvelles d'Ici avec une autre citoyenne de son quartier en octobre 2020.