Hotel de ville de Montréal
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Municipal Municipales 2021 Politique Verdun

Consultation sur la participation aux élections municipales à Montréal : un bilan et des questions, pour commencer

Article mis à jour le 31 août à 18h avec l’ajout de la 3e question posée en personne. et de l’enregistrement de la séance.

C’est pour essayer de comprendre pourquoi les Montréalaises et les Montréalais votent de moins en moins que la Commission de la présidence du conseil de la Ville a tenu le 30 août sa première rencontre dans le cadre de la consultation sur la participation aux municipales de 2021.

Retransmise en direct sur Youtube, la séance d’information a permis à Élections Montréal de présenter son bilan du dernier scrutin avant que le public et les élus  ne posent quelques questions. 

Présidente de cette commission mais aussi candidate de la Coalition Avenir Québec dans la circonscription de Verdun, Véronique Tremblay n’a pas assisté à la séance, présidée par le vice-président Sterling Downey, également conseiller de Ville de Verdun. « Elle ne pouvait pas être des nôtres ce soir », a-t-il simplement déclaré.

Pourquoi la participation a-t-elle baissé en novembre 2021 à Montréal ?

Publié en début d’été avant le coup d’envoi de la consultation, le bilan des élections de novembre 2021 fait le constat d’un taux de participation en baisse de 4% à Montréal, une baisse inférieure cependant à la moyenne québécoise de 6%. Me Emmanuel Tani-Moore, président d’Élections Montréal  et son adjoint Charles-André Goulet ont tenté d’expliquer ces résultats pour les membres de cette commission.

En 2021, le contexte électoral exceptionnel a créé de la confusion : la crise sanitaire d’un côté et les élections fédérales déclenchées quelques semaines avant les municipales, de l’autre. Organiser des élections sur le territoire montréalais est complexe et difficile : 19 arrondissements, 3 000 bureaux de vote et 9 500 employés embauchés rapidement dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre.

Quelque 75 000 électeurs ont dû changer leurs habitudes de vote voire de lieu. Il fallait respecter les normes de l’accessibilité universelle, installer des rampes etc. Enfin, les locaux ont été plus difficiles à trouver que dans le passé. Certains propriétaires ont refusé d’accueillir des bureaux de vote en raison du contexte pandémique.

Que faire pour inverser la tendance ?

La Ville de Montréal souhaite inverser la tendance pour les élections municipales de 2025 en agissant en amont. « La vie démocratique se cultive tout au long du mandat, pour ensuite donner ses fruits au moment du vote citoyen », soulignait le conseiller de la Ville de Montréal dans Ville-Marie, Robert Beaudry.

Le principal handicap se situe dans les infrastructures dépassées.

L’informatisation de la liste électorale est un « chantier majeur ». La simplification est une urgence, mais nécessite une entente entre le milieu municipal et le pouvoir provincial. Aux échelons municipal et provincial, le vote par correspondance est un processus qui requiert de suivre de nombreuses consignes sous peine d’être invalidé. « Un bon dosage est nécessaire. D’un côté, on ne veut pas que quelqu’un vote pour un autre individu mais, de l’autre, voter ne doit pas être trop compliqué », explique Me Tani-Moore.

La modernisation se fait progressivement. L’an passé, la campagne s’est invitée à la télévision, des manuels explicatifs ont été publiés en plusieurs langues.

6 questions du public et des membres

Une période de questions du public et des élues et élus participant à cette consultation a suivi la présentation d’Élections Montréal.

  • La présidente du Comité d’action des citoyennes et citoyens de Verdun (CACV), Louise Constantin a demandé si des initiatives ont été prises pour s’assurer de la participation de tous et informer, notamment, les itinérants sur les élections. M. Goulet a mentionné qu’en 2017 des agents de relations communautaires sont allés à leur rencontre avec des pamphlets explicatifs.
       
  • La présidente du Forum jeunesse de l’Île de Montréal, Sandrine Desforges, a demandé si la pandémie avait réduit les capacités à rejoindre les jeunes. M. Goulet a répondu que la campagne de communication avait ciblé la population générale, les personnes vulnérables, mais aussi les jeunes. Il a cité les médias sociaux ainsi qu’un partenariat avec Urbania.

  • Le président du Conseil jeunesse de LaSalle, Michael Lecchino, a posé la dernière question de vive voix.  Fort de son expérience de superviseur au centre de soutien au fédéral et comme préposé à l’information et au maintien de l’ordre (PRIMO) au niveau municipal, M. Lecchino s’est demandé si le municipal allait s’inspirer des trois dispositions fédérales suivantes : formulaire de correction (corriger un nom, une adresse postale ou une année de naissance sur la Liste électorale), certificat d’inscription, certificat de transfert (permettre à un électeur de voter dans un bureau de scrutin autre que celui assigné). « Le système électoral fédéral est plus flexible », a convenu Emmanuel Tani-Moore. Il a ajouté que le palier municipal découlait de la loi provinciale. Pour avoir pareille flexibilité, « le monde municipal doit se solidariser et faire des représentations au législateur pour modifier la loi québécoise. »

       
  • Par internet, une autre résidente de Verdun évoque le droit de vote des résidents permanents aux élections. Me Tani-Moore répond que plusieurs villes de l’ouest ont envoyé des     requêtes aux instances fédérales. Élections Montréal a formulé des recommandations via la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise pour donner le droit de vote aux résidentes et résidents permanents. Le Comité exécutif a donné une réponse favorable à ce positionnement. Des lettres ont été transmises au provincial et au fédéral.
       
  • La conseillère de Ville de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Alba Zuniga-Ramos, a mentionné le vote par internet pour les jeunes. Emmanuel Tani-Moore parle des défis de la traçabilité que pose le vote électronique.

  • La conseillère de la Ville dans Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension, Martine Musau-Muele, a évoqué la modernisation des infrastructures, l’investissement et les délais nécessaires. Me Tani-Moore a rappelé qu’Élections Montréal ne compte que deux employés permanents : M. Goulet et lui-même. Des ressources en technologies de l’information (TI) sont nécessaires pour un travail continu, mieux planifié. Mais, le développement des T.I est très long. « On peut avoir de belles améliorations en 2025 et culminer en 2029 », a-t-il conclu.

Prochaines étapes de cette consultation publique sur la participation électorale à Montréal

De lecteur à électeur, votre avis compte. La Commission souhaite vous entendre jusqu’au 20 septembre 2022 à 17h:

  • en répondant à ce questionnaire    
  • par courriel ou vidéo : commissions@montreal.ca
  • par téléphone : (514) 872-3000
  • par écrit à l’adresse suivante : Service du greffe
        Commission de la présidence du conseil
        155, rue Notre-Dame Est
        Édifice Lucien-Saulnier
        Montréal    (QC) H2Y 1B5

Ou en personne lors d’une séance d’audition publique (Inscriptions obligatoires avant le 12 septembre à midi ):

  • 26 septembre 2022 de 9 h 00 à 12 h 00, séance virtuelle   
  • 27 septembre 2022 de 13 h 30 à 16 h 30, Hôtel de ville, 155 rue Notre-Dame Est
  • 29 septembre 2022 de 19 h 00 à 21 h 00, séance virtuelle
  • 4 octobre 2022 de 9 h 00 à 12 h 00, Hôtel de ville, 155 rue Notre-Dame Est

Envie de regarder l’enregistrement de la séance ?

Vous pouvez également regarder cet enregistrement d’une durée de 3 heures.

La photo de l’hôtel de ville de Montréal en haut de cet article provient de CANVA Pro..

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Davide Buscemi, Initiative de journalisme local
Davide a couvert les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l'Initiative de journalisme local de juillet à septembre 2022, à son départ. Il est venu à Montréal il y a quelques années pour étudier le journalisme et a choisi d'y immigrer. Diplômé de l'Université de Montréal, Davide a signé des articles pour le journal local Info Petite Nation du groupe Inmedia, l'AFP, Quartier Libre, Night Life et Électricité Plus. Passionné des mots et curieux du monde qui l’entoure, il n'a pas fait le choix du journalisme par hasard.