atelier d'écriture sur l'âgisme au centre multi ressource de Lachine
Actualités Affaires civiques Culture Gens d'ici Lachine Une

Un atelier d’écriture pour effacer les barrières de l’âgisme à Lachine

“J’ai subi de l’âgisme toute ma vie car je faisais beaucoup plus jeune dans ma jeunesse, mais maintenant je me moque des jugements : j’ai l’air de ce que j’ai l’air”, lance Lorraine Huot.  

À l’automne, la jeune retraitée a participé à 8 ateliers d’écriture au Centre multi ressources de Lachine (CMRL) animés par l’auteure, compositeure et interprète lachinoise, Géraldine Saucier. De la mi-septembre à la mi-novembre, un petit groupe composé d’un résident et de 5 résidentes de Lachine s’est retrouvé pour apprivoiser et dompter, avec leurs mots, l’un des maux silencieux d’aujourd’hui : l’âgisme. 

De l’âgisme systémique ?

Qu’il permette de vous étiqueter trop jeune ou trop vieux, l’âgisme se traduit toujours par un jugement uniquement basé sur l’âge qu’une personne semble avoir. Il n’y a alors aucune prise en compte de l’âge réel, l’expérience, les compétences ou les qualités personnelles. Comme la plupart des mots se terminant en -isme, le concept colore les attitudes et fait la part belle aux préjugés sans fondement.

Combattant le feu par le feu, l’atelier d’écriture offert au CMRL visait justement à permettre aux participants d’utiliser leurs mots pour questionner l’âgisme tout en redonnant ses lettres de noblesse au processus inéluctable du vieillissement, simple symptôme de la maladie mortelle qu’est la vie pour reprendre l’une des expressions utilisées dans Glamoureuses, une composition écrite lors de l’atelier et reproduite à la fin de cet article. 

En utilisant différents genres et techniques d’écriture, les 6 personnes de l’atelier ont ainsi été invitées à montrer que vieillir n’est pas dénué de beauté.

Les participants de l'atelier d'écriture sur l'âgisme au centre multi ressource de Lachine
Les participants de l’atelier d’écriture sur l’âgisme au Centre multi ressource de Lachine ont collaboré avec des personnes plus jeunes pour certaines productions écrites – Crédit photo : CMRL

Rap et slam à tout âge avec Géraldine Saucier !

Retournée aux études à l’âge de 46 ans pour devenir enseignante, Florence Bériault, une autre participante, avait aussi dû faire fi des commentaires de certains incrédules devant la différence d’âge qui la séparait des autres élèves. Bien qu’elle ait écrit toute sa vie, l’atelier animé par Géraldine Saucier lui a permis de toucher à des genres qu’elle n’avait encore pas eu l’occasion d’explorer tout comme les autres membres du groupe, tous âgés de plus de 50 ans : le rap et le slam.

En bousculant ainsi les codes, Mme Saucier qui a fait une résidence d’artiste à la bibliothèque Saul-Bellow dans le passé, a voulu mettre en lumière les points communs plus que les différences à travers les âges. Écrits à plusieurs mains de différentes générations, les textes résultants ont permis de montrer à quel point la peur et les défis sont universels, mais qu’il était possible et souhaitable de s’entraider en sortant de nos cases respectives.

En s’initiant à ces nouvelles façons d’écrire, les personnes ayant participé à cet atelier d’écriture ont pu briser la glace plus rapidement et se sont aussi beaucoup amusées. À travers l’écriture d’un rap, un slam et un témoignage sur l’âgisme, les barrières sont tombées, permettant d’illustrer que la beauté n’a pas d’âge.

Un recueil des textes produits lors de cet atelier d’écriture intitulé Vieillir tout en nuances: écoutons-les devrait être publié l’été prochain. Un autre atelier d’écriture est prévu pour le printemps 2023, de mars à mai, au CMRL.

Slam Glamoureuses

Écrit par Lorraine Huot et Suzanne, lu par Géraldine Saucier

Tu penses que
Vieillir c’est pas à la mode
Tu penses que
Vieillir c’est pas glamour
Tu penses que
Vieillir c’est la fin de toute
Alors que moi
Je m’éclate
Alors que moi
Je m’épate
Je suis la plus belle des rebelles
Moi je danse, moi je chante
Moi je perds pas mon temps
Toute m’interpelle
Yo ! la vie est une maladie mortelle
Faudrait pas que t’attende de tomber malade
Pour profiter d’elle
Pis d’être obligé de manger du mou
Pis d’avoir le goût
De prendre un coup
Coup dur… pour sûr
Vieillir c’est pas glamour
Mais il restera toujours
L’amour
For sure

La photo du groupe d’écriture du CMRL a été prise par Rayya Khairallah et Yasmine Kouadio

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine a fondé Nouvelles d'Ici avec un groupe de citoyennes et citoyens en octobre 2020. Elle en est aujourd'hui la rédactrice en chef. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été managing editor de la section Cities & Towns d'une grande dot com américaine à New York. Avant de retourner au journalisme, Karine a fondé sa famille et un centre de formation en ligne pour les professionnels de la communication digitale.