Geneviève Guay et Alain Charbonneau au parc Lacoursière avec le hibou de L'APRDIS
Actualités Affaires civiques Affaires d'ici Île-des-Soeurs Lachine LaSalle Le Bronx Le Sud-Ouest Urbanisme Verdun

35 ans d’implication citoyenne pour l’Association des propriétaires et résidents de L’Île-des- Soeurs à Verdun

Logo de l'APRIDS
Logo de l’APRIDS – Crédit photo : APRIDS

L’Association des propriétaires et résidents de L’Île-des- Soeurs (APRIDS) célèbre ses 35 ans d’existence cette année.

Pour cet anniversaire, l’APRIDS fait peau neuve: nouveau site Internet et nouveau logo : c’est un hibou, symbole de « vigilance et de maturité » selon son créateur, rapporte la secrétaire de l’APRIDS, Geneviève Guay.

Faute de bureau, c’est dans le charmant parc Lacoursière traversé par le lac du même nom que s’est tenue notre entrevue avec deux des 9 membres du conseil d’administration de cette association de l’Île-des-Soeurs (IDS). C’est un lac qui, à l’endroit même de la rencontre, s’étire tel un ruisseau marécageux : l’un des combats de cet organisme. Les eaux du lac, actuellement, ont perdu de leur clarté et, détail symptomatique, les canards ont fui les lieux. 

Depuis 35 ans, l’APRIDS se bat sur tous les fronts et obtient des victoires. Ces batailles couvrent tous les sujets sociétaux qui préoccupent les gens de l’IDS : la mobilité, l’urbanisme, les équipements collectifs, l’environnement et l’école.

La construction d’une troisième école est un enjeu d’importance dans la campagne des provinciales. Faute d’école, quelque trois cents élèves suivent leurs cours dans une tour à bureau jouxtant l’autoroute.  Il y a aussi les enjeux liés à l’ouverture de la prochaine station du REM et la sécurité des piétons autour de cette zone.

Les luttes, toutes de longue haleine, de l’APRIDS reflètent l’évolution de la société : démographique notamment. Des immigrants s’y sont installés. Entre l’époque de la fondation de l’APRIDS et 2022, la population insulaire a triplé.

Le cliché veut que l’Île-des-Soeurs ne soit qu’un endroit privilégié avec des foyers aisés. L’APRIDS s’inscrit en faux. Selon une étude menée en 2016 par la Concertation en développement social de Verdun (CDSV), 41.2% des foyers de l’IDS ont un loyer qui représente plus de 30% de leur revenu, contre 33.7% dans le quartier Wellington-De-L’Église et 29.7% dans Desmarchais-Crawford.

À la recherche de nouveaux membres 

À l’occasion de son 35e anniversaire, l’APRIDS lance une grande campagne de recrutement de nouveaux membres. Tous les propriétaires, résidents et résidentes peuvent devenir membres de l’organisme gratuitement jusqu’au 1er mars alors que l’adhésion est habituellement de 15$ par personne ou 20$ pour deux personnes habitant sous le même toit. 

Pourquoi adhérer à l’APRIDS ?

« On vous donne une information fouillée sur tous les dossiers qui vous concernent. On vous consulte sur ces enjeux publics », répondent en chœur Mme Guay et le responsable des communications, Alain Charbonneau. Concernant le nombre de membres actuels, Mme Guay reste évasive et discrète. « Nous sommes en plein recrutement », explique-t-elle.

Pour l’heure, l’APRIDS prépare son prochain événement : un débat avec les personnes candidates aux élections provinciales le 20 septembre à l’église Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Verdun-IDS.

Karine Joly a collaboré à la rédaction de cet article.
La photo, en haut de cet article, de Geneviève Guay et Alain Charbonneau au parc Lacoursière avec le hibou de L’APRIDS a été prise par Davide Buscemi le 1er septembre 2022.
Le hibou est le logo de l’APRIDS.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Davide Buscemi, Initiative de journalisme local
Davide a couvert les affaires municipales et civiques pour Nouvelles d’Ici dans le cadre de l'Initiative de journalisme local de juillet à septembre 2022, à son départ. Il est venu à Montréal il y a quelques années pour étudier le journalisme et a choisi d'y immigrer. Diplômé de l'Université de Montréal, Davide a signé des articles pour le journal local Info Petite Nation du groupe Inmedia, l'AFP, Quartier Libre, Night Life et Électricité Plus. Passionné des mots et curieux du monde qui l’entoure, il n'a pas fait le choix du journalisme par hasard.