Paddle out, rassemblement unitaire de Grand Surf Montréal à Lachine
Actualités Affaires d'ici Environnement Lachine LaSalle Le Sud-Ouest Loisirs Municipal Verdun

200 passionnés de surf de rivière mobilisés à Lachine pour la création d’une nouvelle vague éternelle

Près de 200 passionnés de surf de rivière se sont mobilisés à Lachine le 24 août 2022. Pas pour célébrer le centenaire de l’anniversaire de naissance de René Lévesque, mais pour demander la création d’une nouvelle vague éternelle au parc René-Lévesque de Lachine, une idée que Nouvelles d’Ici avait déjà explorée en mai dernier.

C’est à l’appel de l’association Surf Grand Montréal, un organisme regroupant des passionnés de surf de rivière, que s’est déroulé ce rassemblement en présence de la mairesse de l’arrondissement, Maja Vodanovic. Interrogée en mai dernier sur l’idée, l’élue avait déjà montré un certain intérêt.

Profiter du grand chantier du futur parc riverain de Lachine pour créer une nouvelle vague éternelle

“Ce serait intéressant de voir s’il serait possible de travailler pour en faire la meilleure vague possible, sur présentation d’une première étude de faisabilité” a-t-elle déclaré aux participants, selon le communiqué de Surf Grand Montréal.

Cette étude de faisabilité est donc la prochaine étape prévue par l’association qui veut concrétiser son rêve d’un circuit de plusieurs vagues éternelles à Montréal. Avec la popularité de la vague à Guy et de la vague d’Habitat 67, la ville est déjà reconnue à l’international comme une destination de choix pour le surf de rivière.

Surfeurs sur la Vague à Guy
Surfeurs sur la Vague à Guy, en aval à LaSalle – Crédit photo : Karine Joly

« Pour nous, le sud du parc René-Lévesque, qui fera l’objet d’un réaménagement en même temps que le nouveau parc riverain de Lachine, est l’endroit tout désigné pour une nouvelle vague », explique le président de Surf Grand Montréal, Mathieu Demers.

Un cercle unitaire pour symboliser la mobilisation de toute une communauté pour le surf de rivière

Organisé en seulement 3 semaines par Yüan Legault, administrateur responsable des comités événementiel et création de vagues chez Surf Grand Montréal, le rassemblement des surfeuses et surfeurs à Lachine s’est conclu par un symbolique paddle-out.

Traditionnellement utilisé à Hawaï pour rendre hommage à un surfeur, selon le Verdunois qui surfe depuis plus de dix ans, c’était une façon de montrer “l’unité de notre communauté afin de partager le bonheur d’une activité sportive saine, locale et abordable”. Chacun a été invité à s’asseoir sur sa planche de surf ou à pagaie, se donner la main et former un cercle pour montrer visuellement la force du collectif.

Pour cet enseignant d’éducation physique et à la santé, le surf de rivière est différent du surf de mer, souvent jugé compétitif et égocentrique. “En surf de rivière, nous devons attendre notre tour”, explique-t-il avant d’ajouter que “l’aspect méditatif et social prend alors le dessus entre chaque ride”.

C’est aussi dans ces moments d’attente que peut s’organiser la mobilisation. 

Une vague éternelle, techniquement possible à Lachine?

Pour le savoir, consultez notre article du 3 mai 2022 pour lequel nous avions interrogé des spécialistes.

La photo en haut de cet article du rassemblement du 24 août 2022 à Lachine a été prise par Fred Thomas.

Les « nouvelles d’ici » vous passionnent ?

Impliquez-vous dans ce journal numérique 100% local, à but non lucratif et indépendant qui a rejoint 112 395 lecteurs en 2021 avec une équipe composée de nombreux bénévoles.
Rejoignez notre équipe pour couvrir l’actualité locale de LaSalle, Lachine, Verdun et du Sud-Ouest ou si vous avez une entreprise devenez un Partenaire d’Ici pour aider à assurer la viabilité de cet organisme à but non lucratif (OBNL) sur le long terme !

Karine Joly
Résidant dans le Bronx à LaSalle depuis 2004, Karine a fondé Nouvelles d'Ici avec un groupe de citoyennes et citoyens en octobre 2020. Elle en est aujourd'hui la rédactrice en chef. Journaliste locale en presse écrite et radio au début de sa carrière en France, elle a aussi été managing editor de la section Cities & Towns d'une grande dot com américaine à New York. Avant de retourner au journalisme, Karine a fondé sa famille et un centre de formation en ligne pour les professionnels de la communication digitale.